1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Meurtre d'Alexia Daval : "On a réagi dans l'émotion", dit Randall Schwerdorffer sur RTL
2 min de lecture

Meurtre d'Alexia Daval : "On a réagi dans l'émotion", dit Randall Schwerdorffer sur RTL

INVITÉ RTL - L'avocat de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer, a été vivement critiqué pour sa ligne de défense dans l'affaire du meurtre d'Alexia. Il reconnaît qu'il n'aurait "pas dû utiliser certains termes".

Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval.
Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval.
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
"On a réagi dans l'émotion", confesse Randall Schwerdorffer
00:09:17

Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval, a été très critiqué dans l'opinion publique. Certains de ses mots ont même provoqué de nombreuses réactions. Entre l’interpellation du mari d’Alexia Daval et sa mise en examen pour "meurtre sur conjoint", le lendemain, son avocat s’est exprimé à plusieurs reprises. C’est notamment lui qui a annoncé en premier que son client avait avoué être l’auteur du meurtre.

"Je n'ai été dépassé que par l'emballement médiatique, pas par l'affaire", assure l'avocat. "J'ai fait peut-être des erreurs de communication, que j'ai reconnu mais que malgré tout je ne regrette pas", ajoute le pénaliste. Concernant sa communication alors même que son client était en garde à vue, il estime qu'il devait s'exprimer publiquement. "Je considère qu'il n'y a aucune erreur de ma part d'être intervenu durant la garde à vue", assure Randall Schwerdorffer. 

Un procès se joue aussi devant l'opinion publique.

Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval.

Il précise qu'"il s'agissait d'un dossier extraordinaire et qu'il fallait aussi préparer l'opinion publique à ce qui allait se passer parce qu'aujourd’hui un procès ne se joue plus que devant les tribunaux, il se joue aussi devant l'opinion publique qui sera le juge de Jonathann Daval puisqu'il sera jugé par des jurés populaires". 

On lui reproche notamment d'avoir révélé publiquement qu'il doutait de l'innocence de son client alors qu'il était entendu. "À partir du moment, où dès 10 heures du matin, étaient sorties des preuves accablantes dans la presse nationale, soit j'étais complètement autiste (...), soit je commençais à envisager la culpabilité de Jonathann Daval pour pouvoir essayer d'expliquer et d'humaniser au maximum Jonathann Daval au moment des aveux", explique l'avocat qui estime ne rien avoir dévoilé puisque "tout était déjà dans la presse".

On a été maladroits et mal compris.

Me Randall Schwerdorffer.
À écouter aussi

"On a réagi dans l'émotion", confesse tout de même Randall Schwerdorffer. Il précise qu'il n'aurait "pas du utiliser certains termes". "'Accident', n'a pas été compris, 'personne formidable' n'a pas été compris et 'belle personne' n'a pas été compris" assure le pénaliste. 

Des mots mal choisis que l'avocat ne regrette pourtant pas car il estime avoir été "sincère" et "ne pas être un professionnel de la communication". "J'avais sous-estimé la haine qu'avaient à ce moment-là de nombreux français vis-à-vis de Jonathann", précise l'avocat. Il tient à préciser qu'il n'a "jamais légitimé les violences faites aux femmes". "On a été maladroits et mal compris mais je revendique le droit de pouvoir me tromper", affirme Randall Schwerdorffer.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/