1 min de lecture Faits divers

Meurthe-et-Moselle : il dit s'appeler Mireille Mathieu et agresse un gendarme

VU DANS LA PRESSE - En Meurthe-et-Moselle, un homme âgé de 44 ans a donné un coup de tête à un des trois gendarmes qui le contrôlait. Il affirmait également s'appeler Mireille Mathieu.

Un gendarme (illustration).
Un gendarme (illustration). Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
Louis Rigaudière Journaliste

Ce lundi 9 décembre, un homme de 44 ans a été jugé en comparution immédiate après avoir donné un coup de tête à un gendarme qui le contrôlait avec deux de ses collègues. L'individu, qui était en état d'ébriété, affirmait qu'il s'appelait Mireille Mathieu. 

Lors de son audience, il a tenté d'expliquer son geste. "J’suis un rigolo, pas un méchant… Là, c’est parti dans tous les sens. J’ai vu rouge. J’ai pas géré. Je regrette. J’ai eu un mauvais réflexe", a-t-il déclaré.  Les faits remontent à la soirée du 5 décembre dernier à Jarny en Meurthe-et-Moselle. Après être sorti d'un bar, l'homme évite de justesse un véhicule qui circulait sur la route. Le véhicule en question était conduit par des gendarmes. Le contrôle est inévitable. 

Visiblement amusé de la situation, il décide de s'allumer un petit cigarillo devant les forces de l'ordre qui le lui retire presque immédiatement. C'est de là qu'est parti le coup de tête qui justifiera son interpellation, relate Le Républicain Lorrain. Le gendarme, touché au nez, aura quatre jours d'ITT. 

Huit mois de prison avec sursis

"Ce soir-là, l’accident de la route a été évité de peu. Les gendarmes ont fait leur travail en procédant au contrôle de Monsieur. Je ne comprends pas que la scène n’en soit pas restée là. Le coup de tête est délibéré", affirme la substitut du procureure Caroline Njoya.

À lire aussi
Un détenu dans une prison (Illustration). évasion
Alpes-Maritimes : un détenu s'évade 4 minutes, sa peine est rallongée de 8 mois

L'individu a été condamné par le tribunal a huit mois de prison avec sursis, obligation de se soigner, de travailler, interdiction de fréquenter les débits de boissons et d’indemniser les trois gendarmes victimes de l'agression.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Gendamerie Agression
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants