1 min de lecture Mayotte

Mayotte : 7 personnes condamnées jusqu'à 12 ans de prison pour avoir blessé un gendarme

Sept jeunes ont écopé de peines allant jusqu'à 12 ans de prison ferme pour avoir grièvement blessé un gendarme en 2017 à Mayotte. La victime avait perdu la moitié de l'acuité visuelle de son oeil droit.

Symbole de la justice (photo d'illustration).
Symbole de la justice (photo d'illustration). Crédit : Damien MEYER / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Sept personnes ont été condamnées lundi à de peines allant jusqu'à 12 ans de prison ferme pour avoir participé à un caillassage en 2017 contre les forces de l'ordre à Mayotte. Des affrontements qui avaient causé de graves blessures au visage du commandant en second de la gendarmerie locale. 

La cour d'assises des mineurs a retenu les peines les plus sévères pour les deux accusés principaux. Le meneur a écopé d'une peine de 12 ans de réclusion criminelle et d'une interdiction définitive du territoire français tandis que son complice a été condamné à 10 ans de réclusion. Les cinq autres ont écopé de peines allant de quatre mois à un an de prison.

Les accusations visaient huit personnes, âgées de 15 à 22 ans. Parmi les mis en cause, un jeune homme, âgé de 13 ans au moment des faits, a été renvoyé devant le tribunal pour enfants, et un autre n'était pas en état de comparaître. 

Un jugement "cohérent" et "juste"

Un jugement qui semble "cohérent" pour le lieutenant-colonel Olivier Pech. "Cela me paraît juste et cohérent, notamment cette interdiction du territoire français pour le principal accusé, qui s'en prend aux forces de l'ordre, et donc au symbole de la France", a-t-il déclaré à l'AFP. Un avis partagé par son avocate qui estime que la justice a fait son travail. 

À lire aussi
violences
Val-d'Oise : plusieurs voitures brûlées après une nuit de violences urbaines

"Mes clients sont satisfaits des décisions", a jugé Me Pauline Ragot qui considère que "l'extrême gravité des faits" a été prise en compte dans le jugement rendu par la cour. 

Olivier Pech avait reçu un jet de pierre lors de cette nuit du 13 au 14 mai 2017 laissant de lourdes séquelles : il avait dû être évacué vers La Réunion avec un traumatisme crânien, le visage "fracassé". L'officier avait perdu la moitié de l'acuité visuelle de son oeil droit à la suite de cette agression

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mayotte Prisonnier Prisons
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants