1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Marseille : recherches suspendues pour détruire deux immeubles voisins
1 min de lecture

Marseille : recherches suspendues pour détruire deux immeubles voisins

Les recherches vont être suspendues pendant 24 heures, le temps de "déconstruire" deux immeubles voisins qui menacent à leur tour de s’effondrer.

Au total, quelque 85 marins-pompiers étaient mobilisés après l'effondrement de deux immeubles à Marseille
Au total, quelque 85 marins-pompiers étaient mobilisés après l'effondrement de deux immeubles à Marseille
Crédit : Claude Paris/AP/SIPA
Eléanor Douet & AFP

Les secours vont suspendre pendant environ 24 heures les recherches engagées pour retrouver d'éventuels victimes ou survivants sous les décombres des immeubles qui se sont effondrés lundi 5 novembre à Marseille. Un temps qui servira à "déconstruire" deux bâtiments voisins qui menacent de s'effondrer à leur tour, a annoncé mercredi le préfet.

"Une pelleteuse va enlever morceau par morceau le n°69, et les étages supérieurs du n°71", a déclaré lors d'un point presse Pierre Dartout, préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et des Bouches-du-Rhône, évoquant une décision "toujours difficile à prendre".

Six corps, ceux de quatre hommes et de deux femmes, ont été extraits des décombres des immeubles qui se sont écroulés lundi dans le centre de Marseille au 63 et 65 puis au 67 de la rue, et les autorités considèrent que deux autres personnes pourraient avoir été ensevelies également.

Jean-Claude Gaudin doit s'exprimer

Sur le plan politique, la journée devrait être marquée par la conférence de presse du maire Les Républicains de la ville Jean-Claude Gaudin, vertement critiqué depuis la catastrophe. À 11 heures, il doit s'exprimer à la mairie, à la fois pour un "point de situation complet", mais aussi pour "évoquer la politique menée par la ville de Marseille en matière de logement et détailler l'ensemble des mesures prises en partenariat par la municipalité avec l'ensemble de ses partenaires, pour éradiquer l'habitat indigne".

À écouter aussi

Mercredi soir, une centaine de militants associatifs ont scandé "Gaudin, Fructus, assassins" - visant le maire et son adjointe au logement, Arlette Fructus -, en haut de la rue d'Aubagne. À quelques mètres, l'appel à participer à une réunion publique "des habitant.es et associations de Noailles" pour exiger "un toit digne pour toutes et tous" a aussi fait salle comble.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/