1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Marseille : les trafiquants recrutent des adolescents mineurs dans toute la France
2 min de lecture

Marseille : les trafiquants recrutent des adolescents mineurs dans toute la France

Ils ont 14, 15, 16 ans et descendent de Lyon, Saint-Étienne ou de la région Parisienne pour "jober" dans l’un des 156 points de vente de stupéfiants que compte la cité phocéenne. La Procureur de Marseille veut enrayer le recrutement de mineurs isolés, séduits par les trafiquants sur les réseaux sociaux.

Dominique Laurens, la procureure de Marseille, le 16 septembre 2020.
Dominique Laurens, la procureure de Marseille, le 16 septembre 2020.
Crédit : Christophe SIMON / AFP
Marseille : l'exode de jeunes mineurs vers la cité Phocéenne pour dealer
01:28
Marseille : des mineurs ex-dealers témoignent sur RTL
01:31
Dominique Laurens est l'invitée de RTL Matin Week-end du 23 janvier 2022
07:09
Hugo Amelin

"C’est une réalité de terrain que vivent les policiers ici. Des vidéos sont diffusées sur Snapchat et Tiktok où l’on voit de jeunes marseillais avec des liasses de billets, de l’argent, qui expliquent en quoi le 'travail' consiste. C’est comme ça que l’on recrute les petites mains du trafic : guetteur ou petit dealer. Venus de l’axe rhodanien mais aussi beaucoup du 95, ils se retrouvent généralement assez rapidement mis à l’amende par les chefs de réseaux. Avec des dettes factices qu’ils auraient contractées, ils se retrouvent obligé de travailler gratuitement. Il y a des menaces de représailles, des rétorsions physiques. On les utilise comme des marchandises", affirme la procureur générale Dominique Laurens ce dimanche matin sur RTL. 

Ce phénomène n’est pas nouveau, mais en pleine expansion. À l’été 2019, un adolescent de 16 ans originaire de Chartres avait été torturé au chalumeau, dans une cave du IIIe arrondissement. Il avait été sérieusement blessé aux bras et aux parties génitales. Avec les fusillades qui se sont multipliées ces dix dernières années, les familles marseillaises sont désormais bien conscientes des risques et interdisent à leurs enfants de fréquenter les trafiquants, qui ont donc besoin de recruter de plus en plus loin.

"Nous avons des parents à des centaines de kilomètres qui appellent au secours chaque semaine le commissariat des quartiers nord pour dire que leur enfant est 'contraint' de revendre de la drogue, qui veulent qu'on les extrait de ce milieu", ajoute-t-elle. "Ils ne sont pas voués à être trafiquants, il nous faut un contre-modèle positif pour qu’ils reprennent une formation".

Pour lutter contre ce phénomène, Dominique Laurens qui siège au parquet de Marseille depuis deux ans, réclame plus de moyens, notamment pour la Protection Judiciaire de la Jeunesse, pour les associations et les structures qui travaillent au quotidien à la prévention de la délinquance. Elle va également mettre en place une mesure de réparation pénale spéciale pour ces adolescents, en lien avec la Mairie de Marseille. 

À écouter aussi

Sur le ter-ter, le terrain, on constate peut ou proue le même phénomène. "Karim" et "Enzo" (les prénoms ont été modifiés) âgés de 17 ans, sont actuellement en centre éducatif fermé, dernière étape avant la prison pour les mineurs attrapés sur des "points stups". Ils expliquent pourquoi il est plus intéressant pour un jeune de venir dealer à Marseille plutôt que de rester dans sa ville d’origine. "Ici, ça vend plus, il y a un 'charbon' (plan stups) tous les 500m, dans chaque quartier. J’en connais plein qui sont descendus de Paris, d’Avignon... Ça paye mieux ici. À Avignon, je prenais 100 euros la journée pour guetter, ici c’est 150, 180 euros… si on te confie la sacoche pour vendre, c’est 300 euros la journée. Mais il y en a qui se font séquestrés, ils ne connaissent personne ici, on les oblige à bosser un mois ou deux gratuitement. Et faire midi / minuit dehors en plein hiver, c’est dur. Ce n’est pas de l’argent si facile finalement". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/