1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Maison de l’horreur" dans le Pas-de-Calais : qui sont les protagonistes ?
3 min de lecture

"Maison de l’horreur" dans le Pas-de-Calais : qui sont les protagonistes ?

Depuis la rue, cette petite maison en briques rouges de Noyelles-sous-Lens ressemble à s'y méprendre à celle des voisins. Et pourtant, ce qui se passait dans celle que l'on appelle "la maison de l'horreur" dépasse l'entendement. Qui sont les 12 personnes qui ont vécu sous ce toit ?

La mère est sans emploi et le père travaille comme garagiste au noir.
La mère est sans emploi et le père travaille comme garagiste au noir.
Crédit : Capture d’écran Google Maps
Jeanne Le Borgne

À Noyelles-sous-Lens, dans le Pas-de-Calais, leur domicile est désormais connu sous le nom de "maison de l'horreur". La famille - dont le protagoniste le plus médiatisé est Bryan - est marquée par un contexte de misère sociale avec "des carences éducatives, des problèmes d'hygiène, de saleté et des violences".

Il y a donc eu 12 personnes à vivre dans cette maison ordinaire en briques rouges typique du Nord, dont dix enfants, aujourd'hui âgés de 4 mois à 24 ans. Le père, Marc, est âgé de 44 ans et travaillerait comme garagiste au noir et la mère, Christine, âgée de 40 ans, serait sans emploi, ce qui explique leur situation financière très précaire. "S'il n'y avait pas d'enfants à la suite, ils perdaient de l'argent, on était leur salaire", a commenté leur fils. La femme ne serait toutefois pas la mère de tous les enfants. 

Bryan, 21 ans, l'enfant à l'origine du signalement, dresse leurs portraits : "Mon père passait sa journée à fumer (...), ma mère était, toutes ses journées, sur son téléphone, à fumer des cigarettes et à donner des ordres". Il accuse également son paternel d'homophobie et d'exhibitionnisme sexuel avec son oncle. Dans l'émission Touche pas à mon poste, diffusée sur C8, le jeune homme décrit par ailleurs des scènes de violence entre ses parents

Des parents qui savaient donner le change

Mais si les parents sont accusés d'avoir été violents avec leurs enfants, de les avoir "attachés à des chaises hautes pour qu'ils ne bougent pas" et de les avoir élevés dans des conditions d'hygiène "déplorables", le couple savait donner le change. Pendant plusieurs années, les parents ont réussi à tromper les services sociaux à plusieurs reprises, ainsi que leurs voisins et les écoles fréquentées par leurs enfants. Du côté de leurs proches, certains avaient tenté d'agir, quand d'autres ont fermé les yeux. 

À lire aussi

Des enfants, Bryan dit simplement que les deux plus jeunes étaient "attachés avec les sangles à leur chaise haute durant toute la journée", sans pouvoir marcher, ce qui leur a provoqué des problèmes d'ordre moteur. Les enfants étaient vraisemblablement livrés à eux-mêmes et les plus jeunes étaient à la charge des aînés. Dans un reportage diffusé dans Sept à Huit, sur TF1, dimanche 11 septembre, l'un des enfants âgé de 16 ans raconte, lui, avoir été mis à la porte suite à une dispute familiale et d'énièmes coups. Il a, lui aussi, porté plainte. 

De Bryan, on sait qu'il a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des faits de violence, selon La Voix du Nord. Et s'il a décidé de dénoncer le calvaire que ses parents lui ont fait subir, c'est que le jeune homme de 21 ans est aujourd'hui papa d'une petite fille de 20 mois. "Et je vois qu'on n'élève pas un enfant dans des conditions pareilles", a-t-il expliqué à BFM TV.

L'un des frères a demandé la garde des mineurs

Les sept enfants mineurs sont aujourd'hui placés dans des familles d'accueil ou en foyer, mais Bryan a demandé leur garde. Les parents, laissés libres dans l'attente de leur procès, resteraient, eux, cloîtrés chez eux. Ils doivent être jugés le 24 janvier pour des faits de carences éducatives graves et des "violences sur mineur de 15 ans par ascendant", sans incapacité totale de travail (ITT). Ils encourent deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.