2 min de lecture Police

Lubrizol : la police enquête sur le mystérieux vol d'un dossier à Rouen

Le secrétaire de l'Union des victimes de l'incendie s'est fait dérober des documents dans sa camionnette, dont les vitres ont été brisées.

L'usine de Lubrizol, un mois après l'incendie
L'usine de Lubrizol, un mois après l'incendie Crédit : AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

Un banal vol intrigue la justice. Et pour cause, il pourrait être lié à la retentissante affaire Lubrizol. Une enquête a été ouverte après qu'un dossier sur l'usine chimique a été dérobé dans le camion du secrétaire de l'Union des victimes de l'incendie du 26 septembre 2019 à Rouen (Seine-Maritime), a-t-on appris mercredi 30 septembre 2020 auprès du parquet. "Une enquête est en cours menée par la DDSP", la direction départementale de la sécurité publique, a indiqué le procureur de la République de Rouen Pascal Prache interrogé sur ce dossier.

"J'ai déposé plainte contre X vendredi soir", a déclaré Christophe Holleville, secrétaire de l'union des victimes. "Lubrizol a fait savoir qu'il n'était pour rien dans cette histoire, mais on est en droit d'être soupçonneux et inquiet pour notre sécurité : j'avais sous mon siège mon porte-feuille avec de l'argent et deux cartes bleues, la boite à gants n'a pas été visitée, le pare-soleil n'a pas été visité. La seule chose qui disparaît du camion après effraction, c'est le dossier Lubrizol", a-t-il ajouté. 

Selon lui le vol est intervenu vendredi soir, alors que Christophe Holleville participait à un colloque à Rouen. "Sur le parking il y avait peut-être 150 bagnoles. Le seul véhicule cassé c'était le mien", a-t-il ajouté. Une vitre a été brisée, a-t-il précisé.

"Le dossier a été retourné dans tous les sens"

Le dossier estampillé du nom de l'association sur la tranche a été retrouvé dans Rouen par un sans-abri qui l'a confié à France Bleu Normandie Seine-maritime-Eure, selon la radio qui a rendu les documents à leur propriétaire. "Le dossier ne comporte pas de pièce manquante par contre il est clair que le dossier a été retourné dans tous les sens", a poursuivi Christophe Holleville précisant qu'il ne comprenait "rien de top secret".

À lire aussi
12.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter le couvre-feu dans le pays coronavirus
Coronavirus : 32.033 contrôles et 4.777 verbalisations pour non-respect du couvre-feu

Le 27 février, la société Lubrizol a été mise en examen pour "déversement de substances nuisibles" et pour des manquements dans l'exploitation de son usine ayant porté une "atteinte grave" à l'environnement. Près de 9.505 tonnes de produits chimiques avaient brûlé dans cette usine de lubrifiants automobiles et sur le site voisin de Normandie Logistique. L'incendie n'avait fait aucun mort. Selon les assureurs, l'accident a suscité 2.000 déclarations de sinistre: des dommages matériels causés par les fumées et les retombées de suie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Justice Enquête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants