1 min de lecture Faits divers

Loiret : l'IGPN saisie après la diffusion d'une interpellation mouvementée

Une arrestation a été filmée mardi 15 septembre en gare de Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, et a choqué sur les réseaux sociaux. L'IGPN a été saisie.

IGPN (logo)
IGPN (logo) Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Coline Daclin et AFP

La scène a choqué certains passagers. Mardi 15 septembre, un homme a été violemment interpellé en gare de Fleury-les-Aubrais (Loiret). L'arrestation a été filmée, et postée sur les réseaux sociaux. Ce mercredi, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie, a annoncé la procureure de la République d'Orléans. 

"Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux depuis cette interpellation montre  [...] des faits susceptibles de constituer le délit de violences volontaires commises par personne dépositaire de l'autorité publique", a indiqué dans un communiqué Emmanuelle Bochenek-Puren. 

Selon le parquet, l'homme avait été signalé dans un train entre Paris et Toulouse. Il était "dépourvu de masque" et présentait "les signes extérieurs apparents de l'ivresse". Lorsque les policiers sont intervenus, l'homme aurait refusé de mettre un masque et aurait "résisté violemment à son interpellation avant de brandir une arme blanche et de tenter de porter un coup aux fonctionnaires". 

L'individu placé en garde à vue

Sur plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on voit l'homme plaqué au sol sur le quai par deux policiers. Un policier a sorti son arme et lui appuie sur la tête avec son pied, alors que l'autre le maintient au sol. D'autres vidéos montrent l'homme interpellé en sang sur le quai.

À lire aussi
Un pirate informatique (illustration) hackers
Allemagne : une patiente meurt à cause d'une cyberattaque contre sa clinique

Les deux policiers auraient ensuite apporté les premiers soins à l'homme arrêté, qui était blessé au bras droit. 

Selon la République du Centre, il s'agirait d'un citoyen britannique. Il a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique. Son état de santé était "compatible avec cette mesure", a précisé la procureure d'Orléans. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Violence Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants