1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Loire-Atlantique : il menace de tuer sa famille en disant avoir un corps dans son coffre

Loire-Atlantique : il menace de tuer sa famille en disant avoir un corps dans son coffre

VU DANS LA PRESSE - Un homme a été placé en détention provisoire samedi 2 janvier à la maison d'arrêt de Nantes (Loire-Atlantique) pour avoir menacé sa famille de meurtre.

Un véhicule de la gendarmerie française (illustration).
Un véhicule de la gendarmerie française (illustration).
Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
Journaliste

C'est une de ses connaissances qui a alerté la gendarmerie de Saint-Nazaire. Un homme, originaire de Malville (Loire-Atlantique), a été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Nantes, samedi 2 janvier, après avoir menacé de tuer sa famille.

D'après les informations recueillies par Ouest France, une femme, habitant également à Malville, a contacté les gendarmes vendredi, assurant qu'un homme de sa connaissance avait tenté de rentrer chez elle de force.  "La victime affirme que l’homme avait les mains ensanglantées et qu’il aurait déclaré avoir un corps dans le coffre de son véhicule," a affirmé la gendarmerie. L'homme, âgé de 24 ans, détenait une arme de poing, selon elle. Il a fini par quitter les lieux pour aller chez sa mère, menaçant de tuer les membres de sa famille, a rapporté le quotidien.

Les gendarmes, alertés, se sont rendus au domicile de la mère de l'agresseur. Selon Ouest-France, le jeune homme a été interpellé par l'antenne du GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) puis placé en garde à vue. Une perquisition dans le domicile a permis de découvrir dans sa chambre une arme factice : un pistolet à blanc imitant une arme à feu de 9 mm. Aucun corps n' a été retrouvé dans son véhicule.

 
Selon la gendarmerie, "l’homme a reconnu les faits, bien que les minimisant", lors de son audition. L'homme, qui avait déjà été condamné, a été présenté au procureur de la République et au juge des libertés et de la détention dès le lendemain des faits. Il sera jugé le 25 février.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/