3 min de lecture Levallois

Levallois-Perret : ce que l'on sait de l'attaque qui a visé des militaires

Mercredi 9 août, une voiture a renversé un véhicule transportant six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). L'identité du suspect se précise.

>
Les militaires de l'opération Sentinelle cibles de plusieurs attaques depuis 2015 Crédit Image : Jacques Serais / RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

C'est la deuxième attaque visant des militaires de l'opération Sentinelle en moins d'une semaine. Après l'interpellation d'un homme armé au pied de la Tour Eiffel, ce sont des militaires en patrouille dans le cadre de l'opération Sentinelle qui ont été renversés par une voiture, mercredi 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Les faits se sont déroulés vers 8 heures du matin en plein centre-ville, aux alentours de la place de Verdun, selon des informations recueillies par RTL. Le véhicule à l'origine de l'attaque a ensuite pris la fuite. Une interpellation a eu lieu plus tard dans la journée sur une autoroute.

Sur place, un périmètre de sécurité a été mis en place. Plusieurs dizaines de policiers municipaux et des militaires se trouvaient également mercredi matin au pied de l'immeuble.

Que s'est-il passé ?

À lire aussi
Hauts-de-Seine : le marché de Levallois-Perret entièrement détruit par un incendie faits divers
Les infos de 12h30 - Le marché couvert de Levallois-Perret détruit par un incendie

Aux alentours de 8 heures du matin une voiture a renversé un véhicule transportant six militaires en patrouille dans le cadre de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Le véhicule agresseur a ensuite pris la fuite. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, assure qu'il s'agit d'un "acte délibéré".

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est elle saisi de l'enquête. Les chefs d'accusation sont "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste".

Comment s'est déroulée l'interpellation ?

Mercredi après-midi, un individu a été interpellé à bord d'une voiture sur l'autoroute A16. Selon l'AFP, l'interpellation a été "musclée" et plusieurs coups de feu ont été échangés. Un policier a été blessé par une balle perdue, le conducteur du véhicule a lui été blessé puis évacué.  "L'homme interpellé, né en 1980, est susceptible d'être l'auteur" de l'attaque mercredi matin, "car il était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite", selon une source judiciaire.

L'identité du conducteur n'est pas totalement établie, les enquêteurs devant vérifier s'il s'agit du conducteur qui a renversé les soldats. 

Qui sont les victimes ?

L'incident n'a fait aucun mort mais les six militaires qui se trouvaient à bord du véhicule renversé sont tous blessés. Trois d'entre eux ont été transportés à l'hôpital militaire de Percy à Clamart dans le sud des Hauts-de-Seine, les trois autres ont été conduits vers un autre hôpital.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et la ministre des Armées Florence Parly se sont rendus à leur chevet dans la journée. Les trois militaires à qui les deux ministres ont rendu visite sont "très légèrement blessés", a indiqué Florence Parly, évoquant des "égratignures" et des "chocs musculaires".

Quant aux trois autres militaires touchés, admis à l'hôpital militaire Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), ils "ne sont pas gravement blessés, comme nous avions pu le croire un peu plus tôt dans la matinée", a-t-elle ajouté, parlant de "nouvelles rassurantes sur leur état".

Qui est Hamou B., l'auteur présumé de l'attaque ?

Interpellé en début d'après-midi, le conducteur présumé du véhicule serait né en 1980 (36 ans). Selon France Info qui cite "un proche de l'enquête", le principal suspect serait un Algérien, non fiché S, prénommé Hamou B. Résidant à Sartrouville dans les Yvelines, il était en situation irrégulière et n'a jamais été contrôlé par les forces de l'Ordre. Selon plusieurs sources, il n'était pas armé et aurait été blessé de cinq balles lors de son interpellation. Il a été placé en garde à vue, avant d'être transféré à l'hôpital. Selon La Voix du Nord, le suspect aurait utilisé une voiture de location pour mener à bien son attaque. Plusieurs perquisitions ont été menées depuis la fin de l'après-midi, notamment dans un immeuble de Bezons (Val-d'Oise) 

Patrick Balkany, maire de Levallois, a réagi

Interrogé par RTL, le maire de Levallois Patrick Balkany a dénoncé une "agression odieuse". Selon lui, le "véhicule BMW" désormais en fuite était "prépositionnée" et attendait "la sortie des militaires". Il rappelle que cela fait deux ans qu'une cinquantaine de militaires patrouillent à Levallois "sans l'ombre d'un problème".

Sur Twitter, Isabelle Balkany, la première adjointe à la mairie de Levallois et compagne de Patrick Balkany, assure que "les forces de police et militaires visionnent actuellement les caméras de vidéosurveillance qui ont filmé toute la scène".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Levallois Militaires Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789666063
Levallois-Perret : ce que l'on sait de l'attaque qui a visé des militaires
Levallois-Perret : ce que l'on sait de l'attaque qui a visé des militaires
Mercredi 9 août, une voiture a renversé un véhicule transportant six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). L'identité du suspect se précise.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/levallois-perret-ce-que-l-on-sait-de-l-attaque-qui-a-vise-des-militaires-7789666063
2017-08-09 11:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/39wm03sDpgqj3uw1-dm4TA/330v220-2/online/image/2017/0809/7789664952_les-lieux-de-l-incident-a-levallois-perret.JPG