2 min de lecture Affaire Karachi

Les infos de 06h30 - Affaire Karachi : 17 ans après, le procès s'ouvre à Paris

Le procès du volet financier de l'affaire Karachi commence ce lundi 7 octobre à Paris. L'enquête a duré 17 ans, pour ce qui s'apparente à une affaire d'État.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL
>
Le journal de 06h30 du 07 octobre 2019 Crédit Image : PASCAL PAVANI, JACQUES BRINON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard édité par Noé Blouin

17 ans après les faits, le procès de l'affaire Karachi s'ouvre, ce lundi 7 octobre à Paris.
6 hommes sont jugés pour abus de biens sociaux, soupçonnés d'avoir participé à un système de rétrocommissions occultes sur des ventes d'armes au Pakistan et à l'Arabie Saoudite.

En mai 2002, 15 personnes étaient mortes dans l'explosion d'un bus à Karachi, dont 11 employés français des constructions navales de Cherbourg. L'enquête consécutive à cet attentat avait levé le voile sur le financement obscur de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995.

Le procès devrait fatalement plonger dans les coulisses les plus sombres de l'État, les arcanes de possibles financements politiques. Comme le rapport Nautilus, longtemps caché qui explique noir sur blanc que l'attentat de Karachi a été décidé en guise de représailles suite à la décision du président Chirac de cesser le versement de commissions à des Pakistanais.

Dès le début de l'affaire, la piste financière était donc connue. Malgré cela, l'enquête a duré 17 ans. "On est face à une affaire d'État, et quels que soient les gouvernements qui se succèdent, ils se protègent. C'est complètement inavouable de la part d'un État, de voir qu'il y a eu 11 morts et 12 blessés dus à des faits de financement de parti politique et de campagne électorale", explique Gilles Sanson, blessé lors de l’attentat et parti civil lors du procès.

À lire aussi
L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine à son arrivée au tribunal pour le premier procès Karachi, le 7 octobre 2019. justice
Procès Karachi : trois politiques, un industriel et deux intermédiaires jugés

Environ 1 million et demi d'euros aurait été ponctionné dans les commissions versées au Pakistan. L'argent serait ensuite revenu en France, dans des valises et destiné, selon l'accusation, à alimenter la campagne d'Édouard Balladur.

À écouter également dans ce journal

Attaque de la préfecture - La femme du tueur de la préfecture de police de Paris a été relâchée par la police après 4 jours de garde à vue. La radicalisation de son mari avait été remarquée, mais pas consignée dans son dossier

Pompiers - En intervention pour un accident de  2 roues, des pompiers bretons ont été roués de coups par les deux jeunes hommes qu'ils venaient secourir. Ces derniers ne voulaient pas que la gendarmerie soit prévenue, comme c'est le cas normalement pour chaque accident de la route.

Football - Michel Platini, suspendu 4 ans de toute activité dans le monde du football, voit sa peine prendre fin ce lundi 7 octobre à minuit. Il avait été condamné suite à la découverte d'un paiement sans contrat écrit de 2 millions de francs suisses par le président de la FIFA, Sep Blatter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Karachi Procès Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants