1 min de lecture Migrants

Le journal de 12h30 : un réseau de passeurs devant le tribunal à Dunkerque

REPLAY - Trois Français figurent parmi les accusés qui comparaissent à partir du 6 mai au tribunal de Dunkerque.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL
>
Le journal de 12h30 : un réseau de passeurs devant le tribunal à Dunkerque Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier et La rédaction numérique de RTL

Le procès d'un réseau de passeurs démantelé en février s'ouvre vendredi 6 mai à Dunkerque. Parmi les six prévenus amenés à comparaître, on retrouve un Kurde, un Iranien et trois Français. Parmi eux, on retrouve deux frères qui avaient ouvert un café à Grande Scynthe, près de Dunkerque, qui servait de quartier général pour les passeurs du coin. Ils prenaient une commission de 10% sur les mandats bancaires envoyés aux passeurs depuis le Moyen-Orient. 

Un chauffeur de taxi de 29 ans comparait également à leurs côtés. Il est soupçonné d'avoir transporté des migrants vers des parkings poids-lourds de Dunkerque, pour aider les migrants à monter clandestinement dans des camions se dirigeant vers l'Angleterre. On estime qu'un passage entre la France et l'Angleterre coûte entre 5.000 euros et 8.000 euros. Ce système aurait permis au réseau démantelé de gagner près de 300.000 euros.

À écouter également dans ce journal

- Deux des trois militaires qui avaient menacé les clients d'une boite de nuit avec leur fusil d'assaut, mais aussi mis en joue les policiers qui étaient venus les interpeller, sont jugés dans l'après-midi du 6 mai au tribunal de Chambéry.

- Alain Juppé a publié une vidéo répondant au "ça va mieux" de François Hollande pour critiquer le bilan du président de la République à l'occasion du 3e anniversaire de son élection.

À lire aussi
Une opération de sauvetage de migrants à Lampedusa (Italie), le 5 avril 2015 Italie
Migrants : le témoignage effroyable d'un garde-côte italien

- Malgré les critiques qui se multiplient, ERDF défend son compteur électrique intelligent Linky. L'entreprise réfute les accusations sur l'atteinte à la vie privée ou des émissions d'ondes supérieures aux normes légales.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Le journal Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants