1 min de lecture Vendée

La Roche-sur-Yon : qui s'amuse à plonger la ville dans le noir toutes les nuits ?

Depuis plusieurs jours, une personne éteint les lampadaires et les feux tricolores de La Roche-sur-Yon. La ville a porté plainte et une enquête a été ouverte.

Un lampadaire allumé (illustration)
Un lampadaire allumé (illustration) Crédit : Pixabay
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

Depuis plusieurs jours l'éclairage public de la ville de La Roche-sur-Yon est volontairement perturbé. Les lampadaires et les feux tricolores de certains quartiers s'éteignent puis se rallument sans raison. Quelqu'un a donc trouvé le moyen de contrôler ces biens publics. Une mauvaise blague qui ne plaît pas du tout au maire de la ville qui a décidé de porter plainte.

Plusieurs riverains se sont plaints et ont interpellé la mairie de La Roche-sur-Yon après avoir remarqué ces "pannes". La mairie leur a répondu dans un tweet lundi 13 mai : "Notre ville est confrontée depuis plusieurs jours à des actes de malveillance perturbant le fonctionnement de l'éclairage public dans plusieurs quartiers de la ville. Nous sommes en lien avec les forces de police pour les faire cesser au plus vite".

La municipalité a précisé qu'elle a porté plainte et qu'une enquête était ouverte. Selon la mairie, "il y a effraction pour accéder au bouton". Volontairement, elle reste énigmatique pour ne pas que d'autres découvrent la "méthode" employée et s'amusent à leur tour, indique France Bleu. 

Alors acte militant pour réduire la consommation d’électricité ou blague de mauvais goût ? Dans tous les cas, cela entraîne un véritable problème de sécurité publique pour les piétons et les automobilistes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vendée Pays de la Loire Insolite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants