2 min de lecture Grammy Awards

L'ex-patronne des Grammy Awards porte plainte pour harcèlement et discrimination

Déborah Dugan a déposé une plainte de 44 pages à Los Angeles, auprès de la Commission pour l'égalité des chances professionnelles. Elle affirme notamment avoir été victime d’agression sexuelles de la part de l'avocat Joel Katz.

Déborah Dugan ex-patronne des Grammy Awards
Déborah Dugan ex-patronne des Grammy Awards Crédit : Angela Weiss / AFP
Marie Gingault et AFP

Déborah Dugan, première femme à occuper le poste de présidente de La Recording Academy en charge des Grammy Awards, a été suspendue de ses fonctions une semaine avant la célèbre cérémonie. Quatre jours après cette annonce Déborah Dugan porte plainte contre l'institution pour harcèlement et discrimination. 

Alors que l'édition 2020 devait être la première placée sous sa direction, La Recording Academy a placé en "congé administratif" sa patronne en raison "d'accusation de mauvaise conduite portées par une cadre de l'Académie." 

Mardi 21, l'ex-patronne a porté plainte contre l'institution qui vient de la suspendre en assurant qu'il s'agissait de mesures de rétorsion à son encontre, pour avoir dénoncé plusieurs malversations le mois dernier.

Une plainte de 44 pages, qu'elle a déposé à Los Angeles auprès de la Commission pour l'égalité des chances professionnelles. Dans celle-ci, Déborah Ducan détaille ses accusations, allant du harcèlement sexuel au conflit d’intérêt en passant par des irrégularités dans les votes pour les Grammy Awards.

Tout ceci a été rendu possible par la mentalité de "club de garçons"

Déborah Ducan
Partager la citation
À lire aussi
Hillary Clinton en pleine lecture lors des Grammy Awards 2018 Grammy Awards
VIDÉO - Clinton se paie Trump en lisant "Fire and Fury" aux Grammys

L'ex-PDG de l'Académie du disque affirme notamment avoir été victime d'harcèlement sexuel de la part de Joel Katz, l'un des avocats de l'organisation. Selon le texte de la plainte, Déborah Dugan aurait prévenue la direction des ressources humaines par mail le 22 décembre dernier. 

Ce mail "faisait également état de conflits d’intérêts flagrants, de transactions litigieuses de la part des membres du conseil d'administration ainsi que d'irrégularités à propos des votes pour les nominations aux Grammy Awards" assure la plainte déposée mardi. 

"Tout ceci a été rendu possible par la mentalité de "club de garçons"" selon Déborah Dugan. Via son avocat, Joel Kratz a "catégoriquement démenti" les accusations de l'ancienne patronne auprès de l'AFP et évoque dans un communiqué un "dîner de travail" dans un restaurant "deux mois et demi avant que Mme Dugan ne prenne ses fonctions".

La Recording Academy dément à son tour

Contactée par l'AFP, la Recording Academy a démenti les accusations de Déborah Ducan dans un communiqué et regrette que l'ex-PDG jette le discrédit sur la cérémonie des Grammy Awards qui se tient dimanche à Los Angeles.

"Il est étrange que Mme Dugan n'ait jamais évoqué ces graves allégations avant les accusations portées personnellement contre elle par une employée", écrit l'Académie. Cette employée "affirme que Mme Dugan avait créé un environnement de travail "toxique et intolérable" et avait adopté "un comportement fait d'abus et de harcèlement"", poursuit le communiqué.

Une enquête indépendante a été ouverte sur les différents fait énoncés et les accusations de Déborah Ducan à l'encontre de l'institution. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grammy Awards Justice Harcèlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants