1 min de lecture Justice

L'élu qui avait agressé Nathalie Kosciusko-Morizet condamné en appel

Le maire de Champignolles Vincent Debraize a été condamné par la cour d'appel de Paris à 1.000 euros d'amende pour son agression contre Nathalie Kosciusko-Morizet, en juin 2017.

Nathalie Kosciusko-Morizet à la sortie de l'hôpital Cochin le 16 juin 2017.
Nathalie Kosciusko-Morizet à la sortie de l'hôpital Cochin le 16 juin 2017. Crédit : GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Vincent Debraize n'a pas échappé à une condamnation en appel. Ce maire de Champignolles, une petite commune de Normandie, a été condamné, ce vendredi 6 mars, par la cour d'appel de Paris à 1.000 euros d'amende pour l'agression de l'ex-députée Nathalie Kosciusko-Morizet, pendant la campagne des élections législatives en juin 2017.

Trois jours avant le second tour, la candidate Les Républicains (LR) distribuait des tracts sur un marché parisien lorsqu'elle avait été prise à partie par Vincent Debraize. L'ancienne ministre avait été brièvement hospitalisée après avoir chuté et perdu connaissance.

Vincent Debraize avait été poursuivi pour "outrage et violence sur personne chargée d'une mission de service public". En septembre 2017, en première instance il a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende. Cet élu, qui niait avoir exercé des violences à l'encontre de "NKM", avait alors fait part de son "véritable sentiment d'injustice" et fait appel. 

Plusieurs incidents contre des élus en 2017

Ce vendredi 6 mars, la justice a donc décidé de le relaxer de l'outrage mais a requalifié le délit de violence volontaire en contravention. Il a donc été condamné à 1.000 euros d'amende tandis que le parquet avait demandé en appel la confirmation du jugement de première instance. 

À lire aussi
Le port de Beyrouth ravagé par une double explosion le 4 août 2020 Explosions à Beyrouth
Explosions au Liban : 16 fonctionnaires du port de Beyrouth placés en détention

Cet incident dont avait été victime la députée LR, qui est retraitée de la politique depuis janvier 2018, n'était pas un fait isolé en 2017. D'autres responsables politiques avaient été pris à partie lors de déplacements, dont Myriam El Khomri, Manuel Valls, François Fillon ou encore le président de la République Emmanuel Macron, qui avait reçu un œuf sur le crâne au salon de l'agriculture durant la campagne présidentielle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Agression Amende
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants