1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Un fugitif en cavale depuis 10 ans repéré sur un site de rencontres
2 min de lecture

Un fugitif en cavale depuis 10 ans repéré sur un site de rencontres

VU DANS LA PRESSE – Parmi les fugitifs français les plus recherchés de la planète, Karim Ouali en cavale depuis 10 ans, est recherché pour le meurtre d’un de ses collègues en 2011 à l’aéroport de Bâle-Mulhouse.

Karim Ouali en cavale depuis 10 ans, repéré sur un site de rencontres
Karim Ouali en cavale depuis 10 ans, repéré sur un site de rencontres
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Céline Morin

Karim Ouali, celui que l’on surnomme le Joker en raison de son engouement pour le personnage du Joker dans les comics Batman, a été repéré sur un site de rencontres à Hong Kong en février dernier. Il aurait été aperçu sur une photo du contrôle aérien sur le site Loveawake.com par la Brigade nationale de recherches des fugitifs (BNRF). Suspecté d’avoir assassiné un collègue à l’aéroport de Bâle-Mulhouse – en Suisse – le 27 avril 2011, il est en cavale depuis 10 ans.

Selon les informations du Parisien / Aujourd’hui en France, la photo présente un homme portant des lunettes et vêtu d’une casquette, qui indique habiter un port hongkongais, Aberdeen précisément. Les autorités expliquent qu''il pourrait bien s’agir de Karim Ouali, le meurtrier du père de famille Jean Meyer, âgé de 35 ans, assassiné à coups de hache artisanale en 2011. L’autopsie révèle que la victime serait morte d’une dizaine de coups de machette. Des témoins avaient affirmé avoir aperçu le suspect s’enfuir à la hâte de l’aéroport peu de temps après le meurtre.  

Ancien habitant de Saint-Louis (dans le Haut-Rhin), Karim Ouali, vu comme dépressif et psychologiquement instable, est soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat à l’aéroport de Bâle-Mulhouse. Stagiaire au contrôle aérien au moment des faits, il se serait senti harcelé par ses collègues de travail. Rattache à l’État, la Direction générale de l’aviation civile avait homologué l’arrêt de travail de Karim Ouali, qui malgré cela possédait encore les badges et clés qui lui ont permis de s’infiltrer dans la tour de contrôle. C’est pourquoi, le Tribunal administratif de Strasbourg avait exigé en 2019 que l’État indemnise la famille de Jean Meyer

Une interpellation qui s’avère compliquée

Il avait déjà été emprisonné en 2014 à Hong Kong pour avoir fait une demande d’asile avec un faux passeport, et pourtant, il est aujourd’hui toujours en cavale. Alors que l’Europol le recherche toujours activement, en mars les autorités hongkongaises disaient refuser de mener une opération contre celui qui est en cavale depuis près de 10 ans, sous prétexte que le site de rencontres sur lequel le suspect a été repéré n’est pas hébergé à Hong Kong

Des telles justifications auprès de l’ambassade de France compliquent les tensions entre les deux gouvernements. L'avocat de la veuve de Jean Meyer disait ainsi au Parisien : "les autorités hongkongaises doivent revenir à la raison. Nous ne voulons pas croire qu'elles soient indifférentes à la douleur de la famille de Jean, surtout pour des considérations diplomatiques".

L’avocat continue : "S’ils le voulaient, en une semaine, il serait trouvé et arrêté, déplore une source proche de l’enquête. Cela risque de se retourner contre eux, car il s’agit d’un homme très dangereux… ". Ajoutant "le pas qui nous sépare de la justice, il n’y a qu’elles qui puissent le franchir". Karim Ouali risque la réclusion à perpétuité.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire