1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Accusation de viols contre Patrick Poivre d'Arvor : l'affaire classée sans suite
2 min de lecture

Accusation de viols contre Patrick Poivre d'Arvor : l'affaire classée sans suite

L'ex-présentateur du journal de 20 Heures de TF1 était accusé de viols. L'enquête a été classée sans suite, a indiqué le parquet ce vendredi 25 juin.

Le journaliste et animateur Patrick Poivre d'Arvor (PPDA) lors d’une cérémonie de remise de prix à l'université de la Sorbonne à Paris, le 3 juillet 2009.
Le journaliste et animateur Patrick Poivre d'Arvor (PPDA) lors d’une cérémonie de remise de prix à l'université de la Sorbonne à Paris, le 3 juillet 2009.
Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Le parquet classe sans suite l'enquête pour viols contre Patrick Poivre d'Arvor
01:31
Marie Gingault & Alice Moreno

Quatre mois après l'ouverture d'une enquête pour viols, visant l'ancien présentateur-star du JT de TF1, Patrick Poivre d'Arvor, le parquet de Nanterre a annoncé ce vendredi 24 juin avoir classé l'affaire sans suite. Les plaintes interviennent trop tard, le dossier n'ira pas entre les mains d'un juge d'instruction. En cause, les motifs de "prescription" et d'"insuffisance de preuves", qui ont été avancés.

C'est une plainte déposée par Florence Porcel qui était à l'origine de l'ouverture de cette enquête. L'écrivaine accusait le journaliste de 73 ans de lui avoir imposé un rapport sexuel non consenti en 2004 et une fellation en 2009. "Ces faits (...) ne peuvent caractériser le crime de viol dans la mesure où aucun élément ne permet de confirmer les propos de l'un ou de l'autre concernant l'existence de cette scène", a écrit la procureure de Nanterre Catherine Denis dans un communiqué transmis à l'AFP. De plus, il aurait fallu que les plaintes soient constituées avant 2017 pour que les faits ne soient pas prescrits.

Toutefois, l'une des accusations de Florence Porcel porte sur des faits remontant à 2009, donc qui ne sont pas prescrits. Toutefois le crime n'est pas caractérisé d'après le parquet de Nanterre. 12 ans plus tard, il n'y a pas de preuve : c'est parole contre parole. Les enquêteurs se sont déplacés dans le bureau du célèbre journaliste, là où l'écrivaine dit avoir été violée. La configuration des locaux aujourd'hui ne permet pas d'identifier l'endroit décrit par la plaignante, un espace apparemment à l'abri des regards.

L'ex-présentateur a toujours nié ces accusations qu'il a qualifiées d'"absurdes et surtout mensongères". "Jamais je n'ai consenti, accepté une relation qui ne serait pas consentie, qui serait forcée que ce soit sentimentale ou sexuelle", avait-il également assuré dans l'émission Quotidien. Au total, 23 femmes ont témoigné dans cette affaire se disant elles aussi victimes de PPDA, et huit plaintes ont été déposées. 

À lire aussi

PPDA a contesté toutes les accusations et a seulement concédé certaines des relations consenties. L'ex-présentateur du JT de TF1 avait de son côté déposé plainte pour dénonciation calomnieuse contre Florence Porcel. Là encore, l'affaire a été classée sans suite car l'intention de nuire n'est pas caractérisée. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/