2 min de lecture Jérôme Kerviel

Jérôme Kerviel : "C'est un pied dans la porte qui est mis, et on va s'y engouffrer"

INVITÉ RTL - Jérôme Kerviel a fait condamner la Société Générale à lui verser 455.000 euros pour son licenciement survenu début 2008.

Isabelle Choquet Fallait l'inviter Isabelle Choquet
>
Jérôme Kerviel : "C'est un pied dans la porte qui est mis, et on va s'y engouffrer" Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Jérôme Kerviel est "ravi". L'ancien trader de la Société Générale a obtenu gain de cause auprès du Conseil de prud'hommes de Paris, qui a condamné, mardi 7 juin, la banque à lui verser 455.000 eurosLa juridiction paritaire a estimé que son licenciement, survenu début 2008 après l'éclatement de l'affaire de la perte des 4,9 milliards d'euros sur les marchés, avait eu lieu "sans cause réelle ni sérieuse" et dans des conditions "vexatoires". Pour Jérôme Kerviel, il s'agit de sa première grande victoire judiciaire dans ce bras de fer très médiatique.

"C'est une sublime journée pour moi et la défense. Je suis évidemment ravi qu'enfin une juridiction française consacre cette version des faits qui est que la banque savait. C'est un pied dans la porte qui est mis, et on va s'y engouffrer. La vérité également", se réjouit Jérôme Kerviel au micro de RTL. Selon lui, cette décision est "plus que symbolique" bien que cette décision ait été rendue par une juridiction composée de juges non-professionnels. "C'est la base du dossier, le licenciement, qui vient de s'écrouler", ajoute l'intéressé.

Une influence sur le volet civil ?

La semaine prochaine, Jérôme Kerviel et son avocat David Koubbi seront de nouveau opposés à la Société Générale, mais cette fois devant les magistrats de la Cour d'appel de Versailles pour le volet civil de l'affaire. C'est dans ce cadre que le trader avait été condamné dans un premier temps à rembourser intégralement les 4,9 milliards d'euros perdus. Une peine finalement annulée par la Cour de cassation.

Si David Koubbi confirme que "les décisions ne sont pas interconnectées" et que cette victoire ne promet rien, il précise : "C'est la toute première fois que le système judiciaire français reconnaît que la Société Générale avait connaissance des positions qu'il prenait sur les marchés. [...] Donc si les juges versaillais entendent nous dire le contraire, il faudra qu'ils nous expliquent".

"J'ai tout mon temps"

À lire aussi
Le siège de la Société Générale à La Défense (archives) justice
Affaire Kerviel : la cour d'appel donne raison à la Société générale

Passé par la case prison, pour avoir été condamné sur le plan pénal à cinq ans d'emprisonnement dont trois ferme, Jérôme Kerviel se dit satisfait que cette décision le "lave de l’opprobre" lancé sur son "nom". Surtout, il croit à une dynamique positive du système judiciaire français. "Depuis 2014, les décisions judiciaires sont en train de se renverser", souligne-t-il, dans l'espoir que sa demande de révision du procès au pénal aboutisse.

En attendant, l'ex-trader pourrait bien être obligé de monter un nouveau dossier aux prud'hommes si la Société Générale fait appel de la décision. Une nouvelle étape qu'il ne craint pas. "J'ai tout mon temps, je l'ai dit à plusieurs reprises. Ça prendra le temps que ça prendra et la vérité finira par éclater. (...) Je suis increvable".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jérôme Kerviel Société Générale Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants