1 min de lecture Justice

Jawad Bendaoud condamné à 6 mois de prison pour avoir agressé un surveillant

Le "logeur des jihadistes" du 13 novembre est déjà en détention depuis décembre pour des menaces de mort contre une victime des attaques.

Jawad Bendaoud lors de son procès en appel, le 21 novembre 2018.
Jawad Bendaoud lors de son procès en appel, le 21 novembre 2018. Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Jawad Bendaoud n'en a pas terminé avec la prison. Le logeur de jihadistes du 13 novembre a été condamné mardi 27 août à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Beauvais (Oise) pour avoir agressé verbalement un surveillant de la prison.

Jugé en visioconférence, il était poursuivi pour "outrages" et "menaces de mort" sur ce surveillant. "Les faits remontent à juin 2017, ce sont des faits d'insultes à un surveillant et, dans la même journée, des faits de menaces de mort", a indiqué le parquet de Beauvais à l'AFP, confirmant une information du Parisien.

Jawad Bendaoud aurait notamment lancé à un surveillant, "c'est à cause de gens comme toi qu'il y a des surveillants qui se font égorger". Il aurait aussi menacé ce surveillant de lui mettre une "patate" dans la figure.

En détention depuis décembre

Le parquet avait requis un an de prison ferme. Jawad Bendaoud a été condamné en appel le 29 mars à quatre ans de prison pour avoir hébergé deux jihadistes des attaques du 13 novembre 2015, dont leur cerveau présumé Abdelhamid Abaaoud. Il avait été relaxé en première instance en février 2018. 

À lire aussi
Une militante écologiste retire le portrait d'Emmanuel Macron de la salle du conseil municipal de la mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique) le 4 mars 2019. justice
Portraits de Macron décrochés à Paris : 500 euros d'amende pour 8 militants écologistes

Le 29 mars, la cour a également prononcé l'interdiction de ses droits civiques et civils pendant cinq ans. Jawad Bendaoud est en détention depuis début décembre pour des menaces de mort contre une victime des attaques du 13 novembre venue témoigner lors du procès. Sa condamnation dans ce dossier a été aggravée le 27 mars en appel, passant de six mois à un an.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Prisons Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants