1 min de lecture Faits divers

Isère : une rave-party réunit 200 danseurs, une centaine de verbalisations dressées

Une rave-party a réuni 200 danseurs dans une friche industrielle de Saint-Marcellin (Isère), de samedi à dimanche. Une centaine de verbalisations ont été dressées, notamment pour non-respect du confinement.

Une rave-party (illustration)
Une rave-party (illustration) Crédit : Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Près de 200 danseurs se sont réunis dans une friche industrielle à Saint-Marcellin (Isère) de samedi à dimanche 29 novembre. Lors de cette rave-party organisée illégalement, une centaine de verbalisations ont été dressées pour non-respect du confinement, absence d’attestation et non-port du masque. Par ailleurs, une dizaine de délits, concernant des infractions routières et des détentions de stupéfiants, ont été sanctionnés par les forces de l’ordre. 

Ces amateurs de danse "ont investi les lieux vers 19h, sans l'accord du propriétaire de cette friche récemment acquise et qui est destinée à des travaux", a indiqué à l'AFP le commandant de la brigade de Saint-Marcellin, Silvère Giop, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné libéré

Dans un premier temps, la quarantaine de gendarmes, mobilisés au plus fort de la soirée, ont tenté de s'interposer : ils "ont subi quelques jets de pierres" et ont préféré éviter "une escalade de violence sur un site" non sécurisé et de nuit. "Le cadre légal permettant de confisquer le matériel à partir de 500 personnes n'était pas applicable", a précisé Silvère Giop. 

Une plainte déposée et une enquête ouverte

Après plusieurs négociations et l'incendie accidentel du camion sono, la rave-party s’est finalement terminée dimanche midi. Les participants se sont dispersés "dans le calme" et "le site a été rendu dans un état correct" au propriétaire. Toutefois, ce dernier "a déposé plainte pour intrusion et occupation illégale", a ajouté le capitaine Giop. 

Une enquête a été ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui" afin de "retrouver les organisateurs de la soirée". À noter que les pompiers ont été appelés à deux reprises pour un poignet fracturé et pour des brûlures provoquées par l'incendie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Fête Danse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants