1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Incendie à Notre-Dame de Paris : l'appel à la générosité de Stéphane Bern
1 min de lecture

Incendie à Notre-Dame de Paris : l'appel à la générosité de Stéphane Bern

RÉACTION - Ému aux larmes, Stéphane Bern, revient sur l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris. "Tous les Français doivent participer à sa reconstruction", déclare-t-il au micro de RTL.

Notre-Dame-de-Paris, sur l'île de la Cité dans le 4ème arrondissements de Paris.
Notre-Dame-de-Paris, sur l'île de la Cité dans le 4ème arrondissements de Paris.
Crédit : Julian Elliott/Shutters/SIPA
Incendie à Notre-Dame de Paris : l'appel à la générosité de Stéphane Bern
12:29
Incendie à Notre-Dame de Paris : l'appel à la générosité de Stéphane Bern
12:30
Yves Calvi

Stéphane Bern se dit "encore plus" marqué et atteint par l'incendie de Notre-Dame de Paris ce mardi 16 avril, qu'hier. "C'est une amie proche qui a failli disparaître", confie-t-il au micro de RTL. Il parle même d'un "deuil national" car "ce n'est pas seulement un édifice religion, c'est le symbole de la France", dit-il les larmes au yeux.

Notre-Dame de Paris, pour l'animateur, "c'est un livre d'histoire qui commence avec la première pierre en 1163 puis ensuite 1239, la couronne d'épine, Saint-Louis et tous les grands événements de notre Histoire jusqu'à la Seconde Guerre mondiale", précise-t-il.

"C'est au moment où ce joyau des joyaux de notre patrimoine est en danger [...] qu'on prend conscience que tout ça peut disparaître du jour au lendemain", confesse Stéphane Bern. "Je sens qu'il y a un sursaut, que les gens se disent 'ah non, pas Notre-Dame'", ajoute-il.

Que faut-il faire pour préserver Notre-Dame ?

"Il faut stabiliser l'édifice", indique Stéphane Bern dans un premier temps. Ensuite, "faire l'inventaire de ce qui a disparu", même si "le trésor est intégralement sauvé", complète-t-il. Il faudra "établir les devis" mais "il faut que les fonds abondent", explique-t-il. 

À lire aussi

La famille Pinault (propriétaire du groupe Kering) a donné 100 millions d'euros, la famille Arnault (propriétaire du groupe LVMH) devrait également verser 200 millions d'euros. "On va le reconstruire" cet édifice parce qu'il "en va de notre destin", déclare Stéphane Bern. Mais il exprime sa "peine immense", car il n'en verra pas le résultat. "Oui on va la reconstruire mais il faut 40 ans et nous ne serons plus là", avoue-t-il.

"Tous les Français doivent participer à cette reconstruction. Un euro symbolique ou selon nos moyens mais chacun doit y participer", demande Stéphane Bern ému aux larmes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/