2 min de lecture Stationnement

Hauts-de-Seine : elle fait annuler 884 euros de PV de stationnement

VU DANS LA PRESSE - Lucile, une habitante de Nanterre, a reçu 17 amendes et 884 euros de contraventions cumulées après que le stationnement dans son quartier est devenu payant. Depuis février 2015, les résidents ne peuvent stationner plus de trois heures sans être verbalisés.

Une contravention sur un pare-brise de voiture (illustration)
Une contravention sur un pare-brise de voiture (illustration) Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
Journaliste

Parfois, la persévérance a du bon. Au terme de quatre ans de bataille acharnée avec sa mairie, Lucile de Seguins, une habitante de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, a obtenu gain de cause : la jeune femme a réussi à faire annuler 17 amendes de stationnement majorées, ainsi que 884 euros de contraventions qui lui étaient adressées, rapporte Le Parisien

En cause, des arrêtés municipaux controversés faisant d'un quartier de la ville, une zone de stationnement payant. Depuis février 2015, les résidents payent donc leurs places de parking au prix fort, ne pouvant bénéficier que du tarif visiteur, qui les oblige également à ne pas stationner plus de trois heures devant chez eux. Et leurs requêtes pour obtenir une tarification préférentielle n'ont pas abouti.  

Faute de se faire entendre auprès de leur municipalité, les habitants ont donc décidé d'ignorer leurs PV, et de les laisser s'amasser dans leurs boites aux lettres. 

Des arrêtés jugés illégaux

Une situation contre laquelle Lucile, avocate de profession, a décidé de se battre. Sa procédure rejetée par le tribunal administratif, la Nanterrienne a porté l'affaire devant le tribunal de police. Ce dernier a estimé que les arrêtés étaient illégaux, car ils n'apportent aucune justification quant au découpage des zones rouges, jaunes et verte. 

Le conflit se poursuit entre les habitants et la mairie

À lire aussi
Un agent dresse un PV pour stationnement impayé (illustration) auto
Stationnement : contester une amende, "un chemin de croix" selon un député

Mais en dépit d'une rectification de la mairie, le bras de fer se poursuit. Agacés, les habitants, dont la mère de Lucile, supposent que le véritable objet de ces nouveaux tarifs est de pousser les habitants à se garer sur le parking de la Croix, doté de 138 places, "pour rentabiliser son achat", explique cette dernière. 

Une réalité que confirme Gilles Gaucher Cazalis, adjoint au maire en charge de l’espace public : " L’existence de ce parking est bien évidemment prise en compte dans le découpage des zones de stationnement. Je rappelle que c’est un parking public, payé avec les impôts des Nanterriens. Il reste encore de la place dans ce parking et plus il est rempli, mieux l’argent public est utilisé", a t-il indiqué au Parisien

Et le quotidien de préciser que l'élu envisage de modifier le découpage après les élections municipales, pour ne pas qu'on l'accuse de se charger en priorité d'un dossier qui concerne le secteur dans lequel il réside. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Stationnement Nanterre Amende
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants