1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Forcené en Dordogne : "La négociation n'a pas été possible", témoigne le superviseur de la traque
1 min de lecture

Forcené en Dordogne : "La négociation n'a pas été possible", témoigne le superviseur de la traque

INVITÉ RTL - Le Général Hubert Bonneau, ancien patron du GIGN, a supervisé la traque de Terry Dupin, le forcené arrêté en Dordogne ce lundi 31 mai.

L’ex-militaire de 29 ans a été blessé et interpellé par les gendarmes après trente-six heures de traque ce lundi 31 mai
L’ex-militaire de 29 ans a été blessé et interpellé par les gendarmes après trente-six heures de traque ce lundi 31 mai
Crédit : AFP
Forcené en Dordogne : "La négociation n'a pas été possible, il voulait en découdre", témoigne Hubert Bonneau, superviseur de la traque, sur RTL
11:04
Florine Boukhelifa
Journaliste

Après trente-six heures de traque, l'ancien militaire recherché pour avoir attaqué le nouveau compagnon de son ex-conjointe et tiré sur des gendarmes a été arrêté. Pour retrouver l'individu, retranché dans les environs du Lardin-Saint-Lazare, en Dordogne, plus de 300 gendarmes ont été mobilisés. Ces derniers étaient menés par le général Hubert Bonneau, en charge des opérations.

La traque, qui a duré moins longtemps que celle menée dans les Cévennes deux semaines auparavant, n'a pas été facile. "Nous avons eu au moins quatre contacts avec l'individu qui a systématiquement ouvert le feu" sur les forces de l'ordre, raconte l'ancien chef du GIGN. "La négociation n'a pas été possible", poursuit-il, face à cet homme "aguerri au niveau des armes", qui avait "la volonté d'en découdre avec les gendarmes".

Les forces de l'ordre ont finalement concentré leurs recherches dans un périmètre de 4km2. Dans la matinée du lundi 31 mai, Terry Dupin, qui avait retiré son bracelet électronique, "a été repéré et acculé par les forces du GIGN". Celui-ci a une nouvelle fois ouvert le feu en direction des agents, qui ont répliqué "le touchant sur la partie haute du corps", détaille le général Hubert Bonneau. Transporté à l'hôpital "dans un état stable", aucun autre élément concernant son état de santé n'a été communiqué pour le moment.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/