1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Financement libyen : Brice Hortefeux mis en examen
1 min de lecture

Financement libyen : Brice Hortefeux mis en examen

L'ancien ministre de l'Intérieur a été mis en examen mardi 8 décembre pour "association de malfaiteurs" dans l'enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Brice Hortefeux, le 16 septembre 2015
Brice Hortefeux, le 16 septembre 2015
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Valentin Deleforterie & AFP

Après Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, l'ancien ministre Brice Hortefeux a à son tour été mis en examen mardi pour "association de malfaiteurs".

À l'issue d'un interrogatoire de près de douze heures, Brice Hortefeux, placé depuis août 2019 sous le statut intermédiaire de témoin assisté, a été mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale" et "association de malfaiteurs", a indiqué son avocat Jean-Yves Dupeux.

Dans un communiqué, le député européen a toutefois exprimé "sa totale surprise", car "aujourd'hui, tout démontre qu'il n'y a eu aucun financement libyen à l'occasion de la campagne présidentielle de 2007".

Cette mise en examen intervient un peu moins d'un mois après la volte-face retentissante de l'homme d'affaires Ziad Takieddine. Le 11 novembre dernier, ce dernier a retiré ses accusations contre l'ancien président, qui sont au cœur des investigations, obligeant le parquet national financier à sortir de sa réserve pour souligner que les charges "ne se limitent pas aux déclarations" de cet intermédiaire sulfureux.

Aucune preuve matérielle indiscutable

À lire aussi

En mettant en examen certains protagonistes pour "association de malfaiteurs", les juges d'instruction consolident leur dossier. Cette qualification, lourde de sens dans son intitulé, est en effet plus facile à faire tenir devant un tribunal correctionnel puisqu'elle n'exige des juges que la démonstration d'"actes préparatoires" au "pacte de corruption" qu'ils tentent de démontrer depuis 2013.

Témoignages de dignitaires libyens, notes des services secrets de Tripoli, accusations d'un intermédiaire ... En sept ans de travail, les magistrats ont réuni une somme d'indices troublants qui ont donné corps à la thèse selon laquelle la campagne de M. Sarkozy aurait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Toutefois, aucune preuve matérielle indiscutable n'a pour l'heure été trouvée, même si des mouvements de fonds suspects ont conduit les juges à mettre en examen dix personnes au total dans cette enquête ouverte après la publication par Mediapart en 2012, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, d'un document censé prouver ce financement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/