2 min de lecture Enquête

Estelle Mouzin : des fouilles intensives et d'importants moyens déployés

Les fouilles pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin ont débuté ce lundi 22 juin dans les Ardennes sur une ancienne propriété du tueur en série Michel Fourniret.

Le tueur en série Michel Fourniret "ne nie pas" son implication dans l'affaire Estelle Mouzin.
Le tueur en série Michel Fourniret "ne nie pas" son implication dans l'affaire Estelle Mouzin. Crédit : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

D'importantes opérations de fouilles ont débuté, lundi 22 juin, dans les Ardennes pour tenter de retrouver la dépouille d'Estelle Mouzin sur une ancienne propriété du tueur en série Michel Fourniret. Celui-ci a avoué début mars avoir tué la fillette, enlevée le 9 janvier 2003 alors qu'elle rentrait de l'école à Guermantes, en Seine-et-Marne. 

Une cinquantaine de gendarmes et experts "pluridisciplinaires", dont les enquêteurs de la section de recherches (SR) de Dijon, des experts de la gendarmerie scientifique, un archéologue ou encore des sapeurs du génie de l'Armée de terre participent aux recherches. Les abords de cette maison à façade blanche qui appartenait à la soeur du criminel, ont été quadrillés par les forces de l'ordre. 

Questionné lors de son dernier interrogatoire, sur l'éventualité qu'il ait amené la fillette, âgée de 9 ans à l'époque des faits, dans cette maison restée vide depuis le décès de sa soeur. "L'Ogre des Ardennes" avait alors répondu : "C'est tout à fait pertinent". "Pas du tout improbable, seulement il faudrait mettre des images dessus et ce n'est pas évident, je suis paumé", avait ajouté l'homme aujourd'hui âgé de 78 ans, qui souffre de troubles de la mémoire.

"Les fouilles vont durer encore longtemps"

Richard Delgenes, avocat de l'ex-femme de Fourniret Monique Olivier
Partager la citation

"Les fouilles vont durer encore longtemps", a déclaré à la presse Richard Delgenes, avocat de l'ex-femme de Fourniret Monique Olivier, après avoir assisté un moment à ces opérations. "La juge d'instruction de Paris à mis tous les moyens qui sont à sa disposition" et les gendarmes ont notamment utilisé "un drone extrêmement particulier, c'est une des premières en France". Cet engin serait "soit un drone faisant partie de l'équipe de sécurisation" du site soit "un drone équipé d'une caméra hyperspectrale" étudiant "les irrégularités du sol", précise une source à la gendarmerie. 

À lire aussi
Des fleurs déposées près du lieu où Victorine Dartois a été retrouvée morte, lundi 28 septembre. meurtre
Les infos de 7h30 - Meurtre de Victorine : "La famille a enfin une réponse", souligne leur avocate

Régulièrement visitée par Fourniret jusqu'à son arrestation en 2003, la propriété, vendue et aujourd'hui habitée, n'avait encore jamais été fouillée. Mardi, selon une source proche du dossier, les enquêteurs pourraient se diriger vers le Château de Sautou, autre ancienne propriété de Fourniret à Donchéry, à une dizaine de kilomètres de Ville-sur-Lumes. 

Des militaires et gendarmes y ont fait un premier passage à la mi-journée tenant la presse à distance et sécurisant la zone en vue de prochaines fouilles. C'est dans cette propriété isolée de quinze hectares qu'avaient été retrouvés en 2004 les corps d'une fillette de 12 ans et d'une jeune femme de 22 ans, sur indication du tueur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enquête Michel Fourniret Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants