2 min de lecture Rennes

Essai thérapeutique à Rennes : la famille de la victime Guillaume Molinet, sort du silence

Le frère et la compagne de Guillaume Molinet, décédé lors des essais cliniques, décident de parler. Ils se battent afin de comprendre comment ce test a pu causé la mort de leur proche.

Le CHU de Rennes (illustration)
Le CHU de Rennes (illustration) Crédit : THOMAS BREGARDIS / AFP
Ana Boyrie

Laurent Molinet, frère de Guillaume Molinet, décédé le 17 janvier, à la suite des essais thérapeutiques menés sur un médicament pris par voie orale par le laboratoire Bial à Rennes, s'est confié au Parisien. Selon Laurent, "c'était la toute première fois" que son frère faisait ce genre de test. Sa curiosité est l'une des raisons pour lesquelles il a participé aux essais, mais aussi son intérêt pour la molécule. "Il voulait participer à la recherche pour ce type de maladie", informe Laurent, cité par le quotidien.  

Selon le journal, Guillaume Molinet ne l'aurait pas fait pour l'argent, "dans la mesure où il n'était que remplaçant, il ne devait donc pas faire le test", ajoute Laurent. Ce dernier a d'ailleurs tenter de l'en dissuader, craignant les effets secondaires de "ce genre de médicament nouvellement testé". "Je ne sentais pas du tout l'histoire", déclare-t-il. 

Il était en parfaite santé et son hygiène de vie était impeccable

Laurent Molinet
Partager la citation

Selon lui, Guillaume, âgé de 49 ans et père de quatre enfants, était "en parfaite santé", son hygiène de vie étant "impeccable". Cela faisait deux ans et demi qu'il avait arrêté de fumer, faisait très attention à son alimentation, et s'était remis au sport. Après avoir été déclaré "sein par tous les tests médicaux qui ont pu être faits par le laboratoire", Guillaume n'était donc pas "un sujet à risque". 

Un silence devenu trop lourd pour les proches de la victime

Laurent Molinet déplore un manque d'informations mais continue de se battre afin de comprendre comment cette molécule a pu causer un décès et l'hospitalisation de cinq personnes. "Nous ne sommes pas tenus au courant de l'évolution des différentes enquêtes, si ce n'est par la presse, dénonce-t-il, je trouve que ce n'est pas du tout normal". 

À lire aussi
La police nationale (Illustration). Rennes
Rennes : après un cambriolage, le voleur passe le balai et revient le lendemain

La compagne de Guillaume Molinet se pose également beaucoup de questions. Elle décide de parler sur RTL pour dénoncer un silence, devenu trop lourd pour elle et ses enfants. "Il y a beaucoup de choses qui ont été tues et cachées", déplore-t-elle, aucune autorité jusqu'ici ne m'a contacté pour me dire ce qu'il en était". Pour l'heure, la famille de la victime, représentées par l'avocat Jean-Christophe Courbis, a porté "plainte contre X", faute de preuves "dans les responsabilités des uns et des autres". 

Les résultats d'autopsie n'ont toujours pas été communiqués

Avec une voix hachée, la mère de famille énumère les zones d'ombre de ce drame, comme le fait "qu’il y ait eu des animaux morts suite à ces essais". Des informations qu'ils ignoraient. "On ne le savait pas, ce n’est pas précisé dans le protocole", dénonce-t-elle. Selon la compagne de Guillaume, "il n'aurait certainement pas pris la même décision, s'il avait tout su"


Il y a aussi les résultats d’autopsie qu’on ne lui a toujours pas communiqués. Certains organes de la victime n’ont pas été rendus à sa famille, empêchant l’incinération. C’était pourtant le vœu de Guillaume Molinet. 

>
La compagne de la victime Guillaume Molinet s'exprime et dénonce un silence pesant Crédit Image : RTL | Crédit Média : Odile Pouget | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rennes Faits divers Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants