1 min de lecture Témoignage

Enseignant assassiné : "Il avait beaucoup de menaces de mort", témoigne l'un de ses élèves

DOCUMENT RTL - Parce qu'il avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, l'enseignant assassiné vendredi 16 octobre avait essuyé la colère de certains parents. Un collégien raconte.

Adultes et enfants devant un collège de Conflans Saint-Honorine,, le 17 octobre 2020
Adultes et enfants devant un collège de Conflans Saint-Honorine,, le 17 octobre 2020 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Valentin Boissais
Valentin Boissais édité par Thomas Pierre

Que s'est-il passé pendant ce cours sur la liberté d'expression ? RTL a pu rencontrer l'un des élèves du professeur assassiné. Ils se sont parlés vendredi 16 octobre au matin, quelques heures seulement avant l'attaque. "La semaine dernière (...)  il avait fait un cours à des 4e", explique ce collégien. "Et il avait demandé aux musulmans pratiquants et croyants de sortir de la classe s'ils le voulaient, car il allait montrer une photo qui allait fortement les choquer", précise-t-il. 

"Du coup, il y a 95% des musulmans qui sont sortis", poursuit cet élève du collège du Bois-d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, "sauf une fille qui a refusé car elle se sentait discriminée". Il raconte que "le soir, elle est rentrée chez elle et en parlant à ses parents, ça a commencé à tourner sur les réseaux sociaux"

"Sa mère s'est énervée (...) sur Twitter. Son père pareil, il s'est énervé sur Twitter. Il a commencé à donner (le) prénom et (le) nom (du professeur). On voyait que ça commençait à prendre de l'ampleur", confie le collégien.

Plus les jours avançaient, et plus il se faisait harceler par des élèves et en dehors du collège

Élève de 4e du professeur d'histoire-géographie assassiné.
Partager la citation

"Et plus les jours avançaient, et plus il se faisait harceler par des élèves et en dehors du collège. Il avait beaucoup de menaces de mort. Beaucoup de gens disaient qu'ils allaient le tuer, etc. Mais on voulait pas y croire. On se disait que ce n'était pas possible que cela puisse se passer", explique l'élève du professeur assassiné.

À lire aussi
Nice : la basilique Notre-Dame de l'Assomption (illustration) Nice
Attaque à Nice : Simone, une des victimes, était "une femme forte et généreuse"

"Quand on se dit que vendredi, on l'a eu pour la dernière fois en cours et qu'on lui dit 'bonnes vacances' (...) et quand vendredi soir on apprend qu'il est mort décapité, c'est vraiment très choquant", assure lle collégien. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Témoignage Attentat Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants