2 min de lecture Faits divers

Dupont de Ligonnès : sa famille visée par une enquête pour dérive sectaire

VU DANS LA PRESSE - Le groupe, nommé "Philadelphie" ou "Le Jardin", dirigé par Christine, la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès, a attiré l’attention des enquêteurs. En cause : des risques de dérive sectaire.

Xavier Dupont de Ligonnès, auteur présumé d'un quintuple meurtre
Xavier Dupont de Ligonnès, auteur présumé d'un quintuple meurtre Crédit : AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Le groupe nommé Philadelphie ou Le Jardin dirigé par Christine, la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès, a attiré l’attention des enquêteurs. En cause : les dérives sectaires d’un "groupe de prière fermée" d’inspiration catholique traditionaliste.

Le nom de Dupont de Ligonnès était jusqu’alors connu pour un triste fait divers, jamais résolu. En avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès est suspecté d’avoir tué son épouse et ses quatre enfants mais les enquêteurs n'ont jamais retrouvé sa trace

Aujourd’hui, le nom de la famille apparaît dans les dossiers de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Le 24 novembre 2019, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Versailles à l’encontre du groupe Philadelphie (ou Le Jardin) pour "abus de faiblesse en état de sujétion psychologique visant un mouvement d'inspiration catholique, traditionaliste, radical et apocalyptique". 

Les investigations ont été confiées à l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) et à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Versailles.

Deux témoignages clés

À lire aussi
Un agent de la police municipale (illustration). enquête
Salon-de-Provence : un homme soupçonné d'avoir découpé sa mère en morceaux

Pendant l'été 2019, deux anciens membres avaient apporté un témoignage essentiel. Ils dénonçaient une emprise psychologique et des captations financières au sein du groupe. 

Olivier et Fabien B., deux frères originaires de l'est de la France, ont affirmé que leurs parents étaient sous l'emprise psychologique de Geneviève Dupont de Ligonnès et de sa fille Christine, considérée comme "l'élue", depuis une vingtaine d’années. Rupture familiale, privation de nourriture, corruption financière… Les deux femmes auraient des exigences dignes d’un gourou.

De grosses sommes d'argent ont disparu

Lors du décès de leur mère, Olivier et Fabien B. réalisent que leur père, Jean-Michel, n’a pas assez d’argent pour payer les funérailles. Mais celui-ci "évoque un simple contrecoup lié au décès de sa femme", rapporte le Parisien. Il aurait ensuite accusé ses deux fils de manipulation avant de déposer une main courante. 

Pourtant, les deux frères font un constat alarmant. Les 250.000 euros de la vente d’un bien immobilier familial se seraient volatilisés, de même pour les bénéfices de l’assurance de leur mère. Ils ont alors saisi le juge des tutelles pour demander une mesure de protection de leur père, en novembre 2019. Une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Metz, avant d’être dessaisie au profit de celui de Versailles. 

Une vengeance personnelle ?

Stéphane Goldenstein, l'avocat de la famille Dupont de Ligonnès mais aussi de Jean-Michel B., nie toute captation financière. "Il s'agit d'une sombre histoire de vengeance personnelle. Après avoir tenté de faire hospitaliser d'office leur père, deux des fils tentent désormais de le faire placer sous tutelle alors que celui-ci n'a aucune altération de ses facultés mentales", a-t-il déclaré.



Pourtant, les premiers signalements sur cette éventuelle secte remontent à 1995. Cette année-là, les adeptes, dont Xavier Dupont de Ligonnès, s'étaient réunis dans une maison à Rennes pour attendre la fin du monde, d'après des témoignages. Un rapport circonstancié rapportait que tous les membres du groupe étaient au service de Geneviève Dupont de Ligonnès pour "agir pour le service de Dieu". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Affaire Dupont de Ligonnès Sectes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants