1 min de lecture Noël

Doubs : le Secours populaire de Besançon s'est fait voler ses repas de Noël

Alors qu'elles étaient destinées aux repas de Noël des bénéficiaires, les denrées alimentaires du Secours populaire de Besançon ont été dérobées dans la nuit de mercredi à jeudi 17 décembre.

Un bénévole du Secours Populaire (illustration)
Un bénévole du Secours Populaire (illustration) Crédit : Patricia Huchot-Boissier / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
valentin
Valentin Deleforterie et AFP

Les bénéficiaires du Secours populaire se seraient bien passés de cette nouvelle. Le local de l'association, à Besançon, a été cambriolé. Les malfaiteurs sont repartis avec les denrées alimentaires qui devaient servir à préparer les repas de Noël.

Les voleurs sont entrés par effraction par une fenêtre du local, entre mercredi en fin d'après-midi et jeudi matin. Ils ont dérobé du saumon, des chocolats et du fromage, d'après la police. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale du Doubs. "L'ensemble des produits festifs complémentaires nous ont été volés", a indiqué sur sa page Facebook le Secours populaire du Doubs qui a dû réaliser "en urgence" des achats sur ses fonds propres afin d'assurer les repas de Noël des bénéficiaires.

"Grâce à la mobilisation et l'engagement des bénévoles, nous avons réussi à réaliser notre traditionnelle distribution alimentaire de Noël en se réorganisant afin d'accueillir les 600 foyers inscrits", a précisé l'association caritative.

"Ces denrées étaient à destination des plus pauvres, c'est cela qui est écœurant. Une vraie douche froide", a confié la secrétaire générale du Secours Populaire de la fédération du Doubs, Blandine Polonceau, à France 3 Franche-Comté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Noël Précarité Pauvreté
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants