2 min de lecture Nordahl Lelandais

Disparition de Maëlys : la polémique des "fuites" peut-elle gêner l'enquête ?

ÉCLAIRAGE - La polémique a été déclenchée par le procureur de Grenoble qui a soupçonné des gendarmes d'organiser des fuites à la presse. Une enquête a été ouverte.

Des gendarmes travaillant sur la disparition de la petite Maëlys
Des gendarmes travaillant sur la disparition de la petite Maëlys Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Martin Planques
Martin Planques

L'ambiance est plus que tendu autour de l'enquête sur la disparition de Maëlys. Quasiment deux mois après la disparition de la petite Maëlys entre le 26 et le 27 août dernier, le parquet de Grenoble a ouvert une enquête pour violation du secret de l'instruction en raison de multiples fuites dans la presse. Notamment mis en cause, les gendarmes sont en colère. Une tension entre parquet et gendarmerie qui peut avoir une influence sur le bon déroulement de l'enquête.

Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, soupçonne donc ouvertement des gendarmes d'organiser les fuites. L'enquête ouverte n'a en plus pas été confiée à l'inspection de la Gendarmerie mais à la Police Judiciaire. Ce qui a pour effet d'ajouter de la tension à un climat déjà délétère au sein des services impliqués dans l'affaire.

C'est dans ce contexte que la Gendarmerie pourrait demander d'être dessaisie de l'enquête, clamant une impossibilité de mener des investigations de façon optimale. De facto, la Gendarmerie ne peut se dessaisir d'une enquête toute seule, la décision doit provenir des magistrats.

À lire aussi
La maison de la mère de Nordahl Lelandais, où ce dernier aurait tourné une vidéo pédopornographique illustrant sa petite-cousine Nordahl Lelandais
Nordahl Lelandais quitte l'unité hospitalière du Vinatier et retourne en prison

Une enquête ressentie comme une "injustice"

Le directeur général de la Gendarmerie nationale, Richard Lizurey, à répondu au micro de RTL mercredi 25 octobre, en déclarant que ces accusations étaient "ressenties comme une totale injustice à l'égard des enquêteurs".

L'enquête fait suite à une plainte, vendredi 20 octobre, d'Alain Jakubowicz, le nouvel avocat de Nordahl L. Il est le principal suspect dans la disparition de Maëlys, lors d'un mariage dans la nuit du 26 au 27 août à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Cet ancien militaire de 34 ans, qui clame son innocence depuis le début de l'enquête, a été mis en examen et écroué, le 3 septembre dernier, pour enlèvement et séquestration. 

Des fuites qui privent la justice de tout effet de surprise

Évoquant un "rebondissement" dans l'affaire, plusieurs médias avaient fait état jeudi 19 octobre d'une image du véhicule du suspect, captée la nuit de la disparition de Maëlys, par une caméra de vidéosurveillance privée et en cours d'analyse. Les enquêteurs s'intéressant notamment à une"forme blanche" sur le siège passager, qui aurait pu correspondre à la fillette. Une information que le procureur s'est refusé à confirmer, mardi 24 octobre. Mais qui, si elle est exacte, prive les juges de tout effet de surprise lors de l'audition de Nordahl L.


Fin septembre, les médias avaient également fait état d'images de vidéosurveillance dans une station-service, montrant le principal suspect nettoyant minutieusement sa voiture, le lendemain du mariage. Nordahl L. avait déclaré vouloir la vendre. Les enquêteurs ont toutefois retrouvé une trace de l'ADN de Maëlys, mêlé au sien, dans le véhicule.

Jean-Yves Coquillat a par ailleurs formellement démenti d'autres "fuites" parues dans la presse, selon lesquelles l'audition du suspect, qui avait été reportée à la demande de son conseil, aurait lieu vendredi 27 octobre.

Un parallèle inquiétant avec l'affaire Grégory

Ce genre de tensions entre parquet et gendarmerie rappellent un des plus grand échec de la justice française : l'affaire de la mort du petit Grégory. Elle aussi marquée par un conflit entre procureur et gendarmes. Ces derniers avaient été dessaisis de l'enquête au profit de la police judiciaire. De façon similaire, ils avaient été soupçonnés de faire fuiter des éléments de l'enquête à la presse. L'affaire Grégory est à ce jour non résolue plus de 30 ans après son commencement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nordahl Lelandais Justice Disparition de Maëlys
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790681515
Disparition de Maëlys : la polémique des "fuites" peut-elle gêner l'enquête ?
Disparition de Maëlys : la polémique des "fuites" peut-elle gêner l'enquête ?
ÉCLAIRAGE - La polémique a été déclenchée par le procureur de Grenoble qui a soupçonné des gendarmes d'organiser des fuites à la presse. Une enquête a été ouverte.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/disparition-de-maelys-la-polemique-peut-elle-gener-l-enquete-7790681515
2017-10-26 17:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7bzIP7lJwcW5f4WDBsOEuQ/330v220-2/online/image/2017/1026/7790685417_un-invite-du-mariage-pendant-lequel-maelys-a-disparu-entre-dans-la-gendarmerie-pour-etre-interroge-a-pont-de-beauvoisin-en-isere.jpg