1 min de lecture Faits divers

Dijon : un juge aurait proposé sa fille de 12 ans sur des sites libertins

VU DANS LA PRESSE - Un juge, habitué des sites libertins et échangistes avec sa femme, y aurait aussi proposé le viol de sa fille de 12 ans.

Le palais de justice de Besançon
Le palais de justice de Besançon Crédit : Capture d'écran Google street view
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

C'est un affaire qui a été traitée en toute discrétion, car jugée très sensible. Elle concerne un juge, anciennement chargé des enfants et exerçant à Dijon, qui aurait proposé sa fille sur des sites échangistes libertins. Initialement, le magistrats se rendait sur des sites en compagnies de sa femme pour des relations consenties, entre adultes, et légales.

Mais il semble qu'il ait décidé de passer à un autre stade, au point qu'une enquête a été ouverte en 2019, indique les informations d'Europe 1. Car le père aurait commencé à proposer des relations sexuelles avec sa femme mais aussi des viols sur sa fille âgé de 12 ans. Il aurait joint aux annonces des photos d'elle en maillot de bain

Aucune réponse n'aurait été envoyée aux annonces, mais des signalements à la justice ont été effectués, déclenchant une enquête. Nos confrères indiquent que la mère n'est à ce stade pas inquiétée, elle a assuré n'être pas au courant des pratiques de son mari. Ce dernier quant à lui évoquerait un fantasme, et indiquerait qu'il ne serait jamais passé à l'acte.

Belloubet demanderait la suspension

L'enquête a été dépaysée à Besançon car le juge habite et exerce à Dijon. Placé en garde à vue, il a été mis en examen à l'issue de celle-ci pour "corruption de mineur de 15 ans aggravée" et "offre, même non suivie d’effet, à une personne de commettre à l’encontre d’un mineur un viol, une agression sexuelle ou de la corruption de mineur".

À lire aussi
Une cellule de prison (illustration) justice
Landes : un homme condamné pour avoir montré son sexe pendant qu'il faisait ses courses

Placé sous contrôle judiciaire, le juge a été interdit d'exercer des fonctions professionnelle en contact avec des mineurs. Il a aussi l'obligation d'être suivi médicalement. Mais Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a saisi le Conseil supérieur de la magistrature afin de demander une suspension temporaire, ajoute Europe 1. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Dijon Besançon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants