1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Delphine Jubillar : un des principaux éléments à charge "s'évapore", dit l'avocat du mari
2 min de lecture

Delphine Jubillar : un des principaux éléments à charge "s'évapore", dit l'avocat du mari

Disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar n'a toujours pas été retrouvée. Une couette, présente dans le domicile du couple, fait l'objet depuis plusieurs semaines de nombreuses spéculations.

Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Crédit : Fred SCHEIBER / AFP
Une couette au coeur de l'affaire Delphine Jubillar
01:55
L'INTÉGRALE - Disparition de Delphine Jubillar : le mari est-il un meurtrier ou le coupable idéal ?
40:13
L'ENQUÊTE - Delphine Jubillar : l'avocat de son mari réagit dans "L'heure du crime"
15:11
Jean-Alphonse Richard & Thibaud Chaboche

C'est un élément sensible au cœur du dossier. Une couette, sur laquelle Delphine Jubillar dormait, fait l'objet de nombreuses analyses et spéculations depuis maintenant plusieurs semaines. Au début de l'enquête, le procureur de Toulouse avait indiqué que cette couette avait été retrouvée dans la machine à laver du couple à l'arrivée des gendarmes, le 16 décembre 2020, vers 5h du matin, soit quelques heures après la disparition de l'infirmière de 33 ans. 

Des constatations qui laissaient penser que Cédric Jubillar avait lancé une machine à laver en plein milieu de la nuit, une attitude suspecte pour les enquêteurs qui le soupçonnent alors d'avoir voulu effacer d'éventuels indices. Mais pour Me Jean-Baptiste Alary, l'un des avocats du mari, la réalité est toute autre. 

Invité de L'Heure du crime jeudi 2 septembre 2021, il raconte que "la couette n'était pas présente dans le tambour ce matin-là". Selon l'avocat, un arrêt de la chambre d'instruction confirme d'ailleurs cette version : "Les gendarmes constatent d'abord la présence de linge dans ce tambour, et lorsqu'ils reviennent à 11h du matin, ils dressent un procès verbal de constatations, dans lequel il est clairement expliqué qu'hormis la couette qui était sur le canapé et qui se trouve maintenant dans le lave-linge, rien n'a changé dans cette maison depuis la première venue". 

Un élément à charge qui "s'évapore" selon son avocat

Toujours selon l'avocat de Cédric Jubillar, cet élément présenté à charge contre son client par le procureur "s'évapore lourdement puisque la chambre d'instruction l'a exclu". "C’est très important, vous nous apprenez un détail qui est capital puisque cette couette semblait peser très lourd dans les explications du procureur, on en faisait un élément central", souligne Jean-Alphonse Richard. 

À lire aussi

Au cours de l'émission, Me Alary a également précisé qu'il allait interjeter appel suite au nouveau rejet de la demande de remise en liberté de son client. Cédric Jubillar a été mis en examen pour le meurtre de son épouse Delphine. Incarcéré depuis le 18 juin 2021, il a été placé à l’isolement, des conditions de détention décrites comme "absolument terribles" par ses avocats.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/