1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Déclarée morte par un médecin, elle "revient à la vie" devant les policiers
2 min de lecture

Déclarée morte par un médecin, elle "revient à la vie" devant les policiers

DOCUMENT RTL - Le médecin du Samu de l'hôpital de la Salpêtrière a déclaré morte une femme qui, une heure plus tard, a donné des signes de vie. RTL a eu accès à l'audition du médecin.

Une camionnette du Samu à Paris (illustration).
Une camionnette du Samu à Paris (illustration).
Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Déclarée morte par un médecin, elle "revient à la vie" devant les policiers
01:46
Olivier Boy & Philippe Peyre

C'est une histoire totalement hors du commun qui s'est déroulée à Paris, jeudi 20 avril. Une femme de 49 ans déclarée morte par le médecin du SAMU a redonné des signes de vie une heure plus tard, alors même que son certificat de décès avait déjà été rédigé et signé. RTL s'est procuré le contenu de l’audition du médecin qui a déclaré cette femme décédée.

Il est 18h10 le jeudi 20 avril lorsque le médecin urgentiste au SMUR de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris est appelé pour intervenir auprès d'une femme en arrêt cardiaque, dans le 13e arrondissement de Paris. Arrivé sur place à 18h12, le médecin raconte : "Nous nous sommes présentés à l'équipage des pompiers primo intervenants de la caserne Massena (...) Ils étaient en cours de réanimation en pratiquant un massage cardiaque avec une ventouse appelée cardio pompe". 

Si le médecin a indiqué, lorsqu'il a été entendu par la police judiciaire, ne pas savoir depuis combien de temps les pompiers étaient en train de prodiguer un massage cardiaque à la patiente, il assure n'avoir observé aucun signe de présence respiratoire. "À mon arrivée, je constate l'absence de rythme cardiaque et l'absence de tout mouvement respiratoire, a indiqué le médecin. Devant cela, je décide de ne pas poursuivre la réanimation et déclare le décès à 18h15". C'était une erreur puisque les policiers qui vont arriver sur place quelques minutes plus tard vont s'apercevoir, eux, que la victime respire encore. 

40 minutes sur place

Le médecin a également confirmé à l'officier de police judiciaire que le corps de la patiente était froid et qu'il n'avait aucune réaction nerveuse lorsqu'il a été manipulé. "J'avais décidé de ne rien pratiquer sur le corps. Je précise que je suis resté sur les lieux 40 minutes et à aucun moment le corps n'avait réagit ou donné signe de vie", a-t-il attesté. "Je trouvais inutile de poursuivre les manipulations des pompiers", a souligné le médecin. 

Il s'agit d'une hypothermie profonde et cela arrive une fois tous les 20 ans

Le médecin
À lire aussi

L'officier de PJ a alors demandé au médecin si le corps était raide : "Difficile à dire, lui a-t-il alors rétorqué. Il s'agit d'une hypothermie profonde et cela arrive une fois tous les 20 ans". Et le médecin de décrire les signes d'une hypothermie profonde : "Cela mime un arrêt cardiaque avec une absence de pouls, d'activité cardiaque et un coma aréactif".

Devant l'inactivité totale de la patiente, le médecin a donc prononcé son décès et en a rédigé l'acte qu'il a signé. Mais l'impensable s'est produit : "De retour à la base, j'ai été rappelé à 19h43 et nous sommes partis deux minutes après avec comme information que les policiers sur place ont constaté des signes de vie sur Madame P. (...).

Cette femme de 49 ans, c'est le plus important, a été sauvée grâce aux policiers. Elle est aujourd'hui, une semaine après les faits, toujours soignée à l'hôpital.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/