1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Crash du Rio-Paris : que reproche-t-on à Airbus et Air France ?
2 min de lecture

Crash du Rio-Paris : que reproche-t-on à Airbus et Air France ?

ECLAIRAGE - Douze ans après le crash du vol Rio-Paris, qui a fait 228 morts, Air France et Airbus ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour "homicides involontaires".

Le vol Rio-Paris a diparu en juin 2009 avec 229 passagers à son bord.
Le vol Rio-Paris a diparu en juin 2009 avec 229 passagers à son bord.
Crédit : HO / BRAZILIAN NAVY / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin
Journaliste

Il y aura un procès d'Air France et d'Airbus pour le crash du vol Rio-Paris. Douze ans après le drame, qui a fait 228 morts et alors que les juges avaient ordonné en 2019 la fin des poursuites, la compagnie et le constructeur vont finalement bel et bien être jugés pour "homicides involontaires." Un revirement judiciaire qui a provoqué une vive émotion des représentants des familles de victimes. 


Le 29 août 2019, après dix ans d'enquêtes et d'expertises, les juges d'instruction avaient ordonné un non-lieu général, estimant que les investigations n'avaient pas établi "un manquement fautif d'Airbus ou d'Air France en lien (...) avec les fautes de pilotage (...) à l'origine de l'accident". Jusqu'ici, "on avait accusé les pilotes et dégagé le constructeur et l'entreprise de toute responsabilité", résume un porte-parole du syndicat national des pilotes de ligne. 

Cette décision a été invalidée ce mercredi 12 mai par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Celle-ci a considéré qu'Air France "s'est abstenue de mettre en œuvre une formation adaptée (...) et l'information des équipages qui s'imposait" face à la défaillance technique rencontrée, "ce qui a empêché les pilotes de réagir comme il le fallait", selon une source proche du dossier.

Quant à Airbus, la justice souligne que le constructeur "a sous-estimé la gravité des défaillances des sondes anémométriques (...) en ne prenant pas toutes les dispositions nécessaires pour informer d'urgence les équipages (...) et contribuer à les former efficacement", selon cette même source.

Air France se défend

Air France "maintient qu'elle n'a pas commis de faute pénale à l'origine de cet accident aussi tragique soit-il", a réagi la compagnie, représentée par Maîtres Claudia Chemarin et François Saint-Pierre. La tenue du procès reste suspendue aux pourvois en cassation annoncés par Air France et Airbus. Néanmoins, les conditions de recevabilité de ces ultimes recours sont étroites, soulignent plusieurs avocats du dossier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/