1 min de lecture Faits divers

Coronavirus : Karine Lacombe "menacée physiquement" pour s'être opposée à Didier Raoult

VU DANS LA PRESSE - La scientifique Karine Lacombe assure que son quotidien est très difficile à supporter, notamment à cause des menaces physiques qu'elle a subies après la polémique sur la chloroquine.

Karine Lacombe à Paris le 28 mars 2020
Karine Lacombe à Paris le 28 mars 2020 Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP
Venantia
Venantia Petillault

Farouchement opposée à l'étude du professeur Didier Raoult, Karine Lacombe, cheffe du service infectiologie de l'hôpital Saint-Antoine à Paris, est régulièrement intervenue publiquement pour s'exprimer concernant le traitement de l'hydroxychloroquine. 

"Je suis absolument écœurée par ce qu'il se passe", avait-elle déclaré dans le journal de France 2 le 23 mars dernier. Ce 3 avril, sur le plateau de C à vous sur France 5, elle raconte ce que sa prise de position lui a coûté. 

Karine Lacombe était accusée depuis plusieurs jours d'entretenir des conflits d'intérêts avec des laboratoires fabriquant d'autres médicaments sur les réseaux sociaux. Ce à quoi elle a répondu sur le plateau de C à vous : "Il y a une confusion dans l’esprit du public entre conflit d’intérêt et lien d’intérêt. (...) On peut, à la demande d’un laboratoire, faire une conférence. Moi ma spécialité c’est le VIH et les hépatites virales (...) donc les laboratoires peuvent demander à des spécialistes comme moi, qui ont une expertise reconnue, de faire des conférences pour des médecins et dans ce cas-là, comme on travaille, c’est rémunéré. Cette activité d’expertise est extrêmement encadrée et ça ne relève pas du conflit d’intérêt", a-t-elle déclaré. 

Alors qu’un sujet de France 5 évoquait la difficulté pour les pharmaciens de fournir de la chloroquine aux patients atteints d’une maladie chronique qui en ont besoin au quotidien, Karine Lacombe a également expliqué que la polémique autour d’un traitement l’empêchait de travailler sereinement. "On est menacé physiquement. Menacé de venir me casser la figure si je ne prescris pas de la chloroquine, si je n’arrête pas de parler… C’est une atmosphère qui est très angoissante", révèle-t-elle sur le plateau de l'émission. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Épidémie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants