1 min de lecture Villeurbanne

Coronavirus en France : quand la solitude pèse sur les étudiants

Cela fait des mois que certains d'entre eux n'ont plus cours en présentiel et cela les pèse. Les étudiants souffrent de solitude, un phénomène qui ne fait qu'accroître avec la crise sanitaire qui perdure.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : quand la solitude pèse sur les étudiants Crédit Image : Unsplash/@anthonytran | Crédit Média : Valentin Boissais | Durée : | Date : La page de l'émission
Valentin Boissais
Valentin Boissais édité par Marie Gingault

Un étudiant de Villeurbanne, près de Lyon, est toujours hospitalisé ce 12 janvier. Son pronostic vital est engagé : le jeune homme s'est jeté samedi 9 janvier du cinquième étage de sa résidence universitaire. Si pour l'heure, le motif de ce geste désespéré n'est pas connu, beaucoup autour de lui évoquent l'isolement dans lequel sont plongés de nombreux étudiants depuis la crise sanitaire. 

Les amphithéâtres sont fermés, et pour certains il est difficile de réviser seul. C'est le cas d'Élisa, qui suit ses cours de médecine sur son ordinateur depuis le mois de mars : "Il y a un moment donné où j'avais la sensation d'être déscolarisée. On fait les mêmes journées". Dix mois devant un bureau à étudier des fiches d'anatomie, sans mettre les pieds à l'université de Paris, elle est retournée vivre chez ses parents en Seine-et-Marne avec aujourd'hui une vie sociale et étudiante au point mort : "On ne voit personne quasiment. On discute parfois par messages, mais ce n'est tellement pas la même chose. Une fois qu'on a éteint le message, il n'y a plus personne autour de nous", déplore la jeune femme. 

Ces étudiants qui font face à la solitude, l'association Nightline tente de les écouter au téléphone. Un numéro gratuit pour rompre la solitude, chaque soir dès 21 heures. "Les appels ont doublé. Ils sont tous liés à la crise sanitaire, tout ce qui est solitude, problèmes relationnels", indique le président de Nightline France, Florian Tirana. "Il y a des appelants suicidaires. Au fur et à mesure de la conversation les mots sortent : l'envie d'en finir... ce genre de choses", témoigne-t-il.

L'organisme envisage désormais de doubler son nombre de bénévoles, afin de répondre à la demande grandissante. 

Lire la suite
Villeurbanne Rhône Tentative de suicide
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants