1 min de lecture Attentats en France

"Charlie Hebdo" : les survivants restent les cibles de terroristes

Les survivants de l'attaque contre "Charlie Hebdo" rapportent les nombreuses intimidations dont ils font l'objet. Après la republication des caricatures de Mahomet, la menace plane d'autant plus sur la rédaction.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Charlie Hebdo" : les survivants restent les cibles de terroristes Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Cinq ans après l’attaque qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, les survivants assurent que la menace est toujours bien présente. Ces témoins défilent au palais de justice de Paris depuis mardi 8 septembre au procès des attentats de 2015. Selon eux, ils restent les cibles de terroristes.

Un danger qui s'illustre par le lourd dispositif de sécurité encadrant les audiences : des policiers et des gardes du corps sont aux aguets derrière chaque dessinateur. La menace plane toujours sur "Charlie". Des personnes "veulent nous violer, nous tuer, nous cramer", raconte la directrice des ressources humaines à la barre. 

Marika Bret, très proche de Charb pendant des années, vit désormais sous protection policière. Depuis la republication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo, mercredi dernier, l’équipe de la rédaction reçoit "une montagne d’insultes et d’intimidations". Marika Bret explique qu’il est épuisant et difficile de vivre avec cette menace. "Il y a une haine contre ce journal" qui pèse "au quotidien", juge-t-elle. 

Un rédaction transformée en bunker

Pour garantir la sécurité des journalistes, la rédaction est devenue un véritable bunker. Son adresse reste secrète. "On vit en état de siège à Paris en 2020, parce que l’on a des idées", s’indigne Fabrice Nicolino, gravement blessé lors de l'attaque. 

À lire aussi
Hassen Chalghoumi Attentats en France
Les infos de 6h - Enseignant assassiné : "C'est une honte !", dénonce l'ancien imam de Drancy

Il rapporte que de nombreuses portes, des sas et une panic room ont été installés. Malgré tout, Fabrice Nicolino estime qu’il faut continuer à "se marrer" parce que Charlie Hebdo, c’est avant tout un journal "rigolo", estime-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Procès Charlie Hebdo
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants