2 min de lecture Kim Kardashian

Braquage de Kim Kardashian : pourquoi la police a-t-elle attendu trois mois ?

ÉCLAIRAGE - Lundi 9 janvier, 17 personnes ont été interpellées en France dans l'affaire du braquage dont a été victime Kim Kardashian.

Kim Kardashian à Paris, le 1er octobre 2016
Kim Kardashian à Paris, le 1er octobre 2016 Crédit : SIPA
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

L'histoire avait fait grand bruit. Dans la nuit du 2 au 3 octobre, Kim Kardashian a été la cible de cinq hommes déguisés en policiers alors qu'elle se trouvait dans son appart-hôtel situé dans le VIIIe arrondissement de Paris. Plus de trois mois après ce braquage retentissant, l'affaire serait en passe d'être résolue. Lundi 9 janvier, les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme sont passés à l'action. À Paris, en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne ou encore dans les Alpes-Maritimes, les enquêteurs ont mis la main sur 17 suspects dans une opération très délicate.

Tous sont bien connus des services de police pour des faits de braquages, de trafics de fausse monnaie ou encore de trafics de stupéfiants. L'aîné du groupe est âgé de 73 ans alors que les principaux acteurs dépassent les 55 ans. Expérimentés, ils proposent un travail de pro mais oublient tout de même certains indices derrière eux. Dans leur fuite, l'un des cinq braqueurs laissent tomber l'un des bijoux de Kim Kardashian. Sur celui-ci, son ADN.

Les policiers misent sur la patience

Une erreur fatale pour cette bande organisée qui a tout de même dérobé plus de 9 milliards d'euros. Vu le casier des malfrats, l'ADN "match" rapidement dans le fichier de la police. Pas question cependant pour les policiers d'arrêter ce dernier. Les enquêteurs en veulent plus et optent dès lors pour la patience. Une manière pour eux d'arrêter l'équipe au grand complet. Surveillance, filature, coups de téléphone... Le suspect numéro 1 est passé au crible afin de mettre la main sur l'ensemble des protagonistes de ce braquage

Au micro de BFM TV, Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianne et spécialiste des questions de grand banditisme, explique ce coup de filet : "Pourquoi il y en a 17 ? Il y a les épouses, les intermédiaires, les revendeurs".

À lire aussi
Kim Kardashian a été attaquée le 28 septembre à Paris l'heure du crime
Kim Kardashian : retour sur le violent braquage de la star à Paris

Outre les 17 interpellations, les enquêteurs ont également mis la main sur 300.000 euros lors des perquisitions. Selon le Figaro, c'est une source proche du dossier qui révèle cette découverte par la Brigade de répression du banditisme à la suite des nombreuses perquisitions. Le butin dérobé lors du braquage est quant à lui toujours introuvable. Mais l'enquête pourrait prendre la direction de la Belgique alors que certaines traces des bijoux de la starlette y ont été retrouvées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Kim Kardashian Justice Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants