1 min de lecture Faits divers

Attentats dans l'Aude : six individus placés en garde à vue

Ces individus ont été interpellés le 16 octobre sur commission rogatoire des juges d'instruction, selon une source judiciaire.

Le Super U de Trèbes, attaqué par un terroriste le 23 mars 2018, faisant 4 morts.
Le Super U de Trèbes, attaqué par un terroriste le 23 mars 2018, faisant 4 morts. Crédit : ERIC CABANIS / AFP
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
et AFP

Mardi 16 octobre, six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis à Trèbes et Carcassonne (Aude) en mars dernier, selon une source judiciaire.

Ces gardes à vue ont été décidées sur commission rogatoire des juges d'instruction, selon cette même source. Les opérations policières ont eu lieu vers 6 heures dans plusieurs endroits dont Trèbes, alors que le département est en proie à des inondations meurtrières. Des perquisitions et des auditions libres ont aussi été effectuées à Toulouse (Haute-Garonne).

Le 23 mars 2018, Radouane Lakdim, un jihadiste de 25 ans, avait abattu le passager d'une voiture et blessé le conducteur avant de lui voler sa voiture à Carcassonne.

II avait ensuite tiré sur des policiers devant leur caserne et s'était dirigé vers le Super U de Trèbes, où il avait abattu le boucher, un client du magasin et le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s'était substitué à un otage.

L'attaque avait été revendiquée par l'État islamique

À lire aussi
Le tribunal correctionnel de Périgueux, en Dordogne. Violences conjugales
Dordogne : il séquestre sa petite amie enceinte de 8 mois

Le jihadiste avait été abattu par le GIGN. L'attaque avait été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

Fin mars, la compagne de Radouane Lakdim, Marine P., une jeune convertie à l'islam, a été mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et placée en détention provisoire.


Comme Radouane Lakdim, 25 ans, petit délinquant radicalisé de Carcassonne, Marine P. était fichée "S" - c'est-à-dire susceptible de constituer un risque pour la "sûreté de l'État" - en raison de sa "fréquentation des milieux islamistes radicaux", selon une source proche de l'enquête.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Attentat Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants