1 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : un des kamikazes venait de louer un appartement à Bobigny

Les enquêteurs ont perquisitionné un appartement qui avait été loué par Brahim Abdeslam, le kamikaze qui s'est fait exploser boulevard Voltaire.

La cité de l'Abreuvoir à Bobigny, en Seine-Saint-Denis
La cité de l'Abreuvoir à Bobigny, en Seine-Saint-Denis Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'enquête progresse trois jours après les attentats. Un des kamikazes des attentats de Paris avait loué quelques jours avant les faits un appartement à Bobigny (Seine-Saint-Denis), perquisitionné dimanche soir par les policiers qui y ont retrouvé du matériel téléphonique, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, des policiers "lourdement armés" avaient bouclé la rue de ce quartier pavillonnaire à deux pas de la cité de l'Abreuvoir pour interroger le voisinage et montrer des photos des auteurs des attentats, ainsi que celles des véhicules Polo et Seat utilisés pour les attaques, a relaté lundi à l'AFP une voisine qui a souhaité conserver l'anonymat.

Les enquêteurs ont découvert que l'appartement avait été loué du 10 au 17 novembre par Brahim Abdeslam, le kamikaze qui s'est fait exploser boulevard Voltaire vendredi soir et frère de Salah Abdeslam, recherché par les polices belge et française, selon cette source, confirmant une information du Figaro.

Brahim Abdeslam pourrait bien avoir occupé cet appartement avec d'autres personnes dans les jours qui ont précédé leurs attaques, selon cette source. Aucune arme n'a été retrouvée. Le matériel téléphonique est en cours d'exploitation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Faits divers Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants