2 min de lecture Paris

Attaque près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" : ce que l'on sait

Une attaque a eu lieu dans la rue des anciens locaux de "Charlie Hebdo". Deux personnes sont blessées et en urgence absolue et les deux suspects ont été interpellés par la police.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ce que l'on sait (illustration)
Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ce que l'on sait (illustration) Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Coline Daclin et AFP

Une attaque à l'arme blanche a eu lieu dans le XIème arrondissement de Paris, ce vendredi 25 septembre. Un des points d'attaque est la rue Nicolas-Appert, dans le secteur Richard Lenoir : il s'agit de la rue où se trouvaient les anciens locaux de Charlie Hebdo

Deux personnes sont blessées et en urgence absolue, sans que leur pronostic vital ne soit engagé, selon les dernières informations de RTL. Il s'agit de deux journalistes de la société de production Premières Lignes. Le fondateur de la société audiovisuelle Paul Moreira a déclaré à RTL qu'un des blessés est "sorti de salle de réveil"

Mais il n'a pas d'information sur l'autre blessée. "Cela s'est passé vers 11h45, un homme est arrivé et a attaqué avec un hachoir deux salariés qui fumaient devant l'immeuble, un homme et une femme", a déclaré Paul Moreira, fondateur et co-dirigeant de Premières Lignes. "L'homme et la femme ont été tous les deux très gravement blessés", a-t-il ajouté.

"Deux collègues fumaient une cigarette en bas de l'immeuble, dans la rue. J'ai entendu des hurlements. Je suis allée à la fenêtre et j'ai vu un de mes collègues, taché de sang, être poursuivi par un homme avec une machette dans la rue. On sait que nos deux collègues sont blessés, mais nous n'en savons pas davantage pour le moment", a déclaré sous couvert d'anonymat une employée de Premières Lignes.

À lire aussi
Des policiers patrouillant aux abords de la Tour Eiffel pendant le confinement, le 18 mars 2020. enquête
Agression au couteau près de la Tour Eiffel : deux suspectes mises en examen

Deux suspects ont été interpellés et sont en garde à vue. Un premier a été arrêté à proximité de la place de la Bastille peu après les faits avec des traces de sang. Une deuxième personne a été interpellée plus tard, selon une source policière.

Le parquet antiterroriste a annoncé être saisiL'enquête de flagrance est ouverte pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a-t-il précisé.  

Le secteur bouclé, les écoles confinées

L'attaque a eu lieu en fin de matinée. L'assaillant s'en serait pris aux deux personnes, devant les locaux de Premières Lignes. Un colis suspect a également été signalé sur place. Les démineurs et la brigade de recherche et d'intervention de Paris ont donc été envoyés sur place mais aucun engin explosif n'a été trouvé.

Pour l'heure, tout le secteur est bouclé et "des milliers d'élèves" des écoles alentour ont été confinés par précaution, a déclaré Ariel Weil, maire du secteur Paris Centre. "Cinq écoles du XIe arrondissement et toutes les écoles des 3ème et 4ème arrondissements ont été confinées. [...] On est en train de fermer les équipements municipaux et les gymnases aussi", a-t-il assuré. 

Le Premier ministre Jean Castex a interrompu sa visite en Seine-Saint-Denis pour se rendre au centre de crise au ministère de l'Intérieur, où se trouvait également Gérald Darmanin. Ils se sont ensuite rendus sur place.

Cette attaque survient alors que la rédaction de Charlie Hebdo a fait l'objet de nouvelles menaces, après que l'hebdomadaire a republié des caricatures de Mahomet le 2 septembre. En début de semaine, la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo, Marika Bret, avait été exfiltrée de son domicile en raison de menaces jugées sérieuses. 

En revanche, Premières lignes n'avait jamais reçu de menaces, selon Paul Moreira. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Île-de-France Armes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants