2 min de lecture Drôme

Attaque au couteau dans la Drôme : ce qu'a dit le suspect aux enquêteurs

INFO RTL - L'homme de 33 ans a expliqué aux enquêteurs ne pas se sentir bien ces derniers jours, ayant l'impression d'être "épié".

Le centre-ville de Romans-sur-Isère après l'attaque, le samedi 4 avril 2020.
Le centre-ville de Romans-sur-Isère après l'attaque, le samedi 4 avril 2020. Crédit : Jeff PACHOUD / AFP
Thomas Prouteau édité par Esther Serrajordia

D'après les informations de RTL Abdallah A.-O., le réfugié de 33 ans interpellé après la tuerie de Romans-sur-Isère samedi 4 avril, a commencé à livrer sa version des faits dimanche soir au cours d'une longue audition par les policiers de la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT).  

Le Soudanais a expliqué qu'il ne se sentait "pas bien" ces derniers jours d'après une source proche de l'enquête, et qu'il avait l'impression d'être "épié" par tout le monde. Concernant son périple meurtrier il affirme qu'il a du mal "à se souvenir de ce qui s'est passé". Des premières déclarations prises avec beaucoup de prudence par les enquêteurs qui vont continuer à l'interroger jusqu'à mercredi. 

Par ailleurs, le réfugié affirme s'être rendu dans un hôpital de la région il y a quelques jours car il pensait être infecté par le Covid-19 selon ses déclarations, mais les médecins lui auraient simplement donné du paracétamol à la vue de ses symptômes. Une visite médicale que les services d'enquête n'ont pas encore pu établir avec certitude selon nos informations. Dans ses première déclarations, Adballah A.-O. ne fait pas de lien avec l'attaque de samedi.

Une clef USB et six téléphones en cours d'exploitation

L'entourage du suspect (amis, employeur, commerçants), a confirmé dimanche que le Soudanais ne s'était jamais fait remarqué pour sa pratique religieuse ou par des gestes d'éloignement envers les femmes. Lui-même explique qu'il faisait simplement le Ramadan et la prière, et se rendait parfois à la mosquée de Romans. Chez lui ont été retrouvés un Coran et un tapis de prière.

À lire aussi
L'autoroute A7 près de Valence (Drôme) faits divers
Drôme : deux voitures contrôlées à 240 km/h sur l'autoroute A7

Lors de la perquisition à son domicile, une clef USB et six téléphones, dont cinq usagés, ont également été retrouvés. Ils sont en cours d'exploitation.  

Les deux proches du suspect interpellés ce week-end, eux aussi Soudanais, sont toujours en garde-à-vue ce lundi matin mais pour des vérifications. Aucun indice d'une complicité n'est apparu à ce stade

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Drôme Terrorisme Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants