2 min de lecture Alexandre Benalla

Pas de mea culpa, des SMS qui s'effacent : ce qu'il faut retenir de l'audition de Benalla

Le 5 octobre devant les juges, Alexandre Benalla a dit ne rien regretter des événements du 1er mai, allant même jusqu'à estimer mériter "une médaille", selon le compte-rendu d'interrogatoire que "Le Monde" a pu consulter.

Alexandre Benalla, le 18 septembre 2018, devant la commission d'enquête sénatoriales
Alexandre Benalla, le 18 septembre 2018, devant la commission d'enquête sénatoriales Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
103029000663527498057
Eléanor Douet

Entendu par les juges le 5 octobre dernier pendant plus de 5 heures, Alexandre Benalla s'est de nouveau expliqué concernant les événements du 1er mai dernier place de la Contrescarpe, qui lui valent d'être mis en examen pour "violences volontaires".

"J'ai fait mon devoir de citoyen", a-t-il assuré à plusieurs reprises, allant même jusqu'à estimer mériter une "médaille" pour son intervention musclée, rapporte le journal Le Monde, qui a eu accès au compte-rendu de l'interrogatoire.

"C’était la guerre civile. Une partie de la classe politique et des médias sont du côté des casseurs, je le déplore. J’ai fait mon devoir, et si c’était à refaire, je le referais de la même façon. Je suis fier de ce que j’ai fait", s'est défendu l'ancien chargé de mission de l'Élysée.

À lire aussi
Gérard Larcher, le 14 juillet 2018 à Paris Alexandre Benalla
Affaire Benalla : l'approche du Sénat "n'a pas été politique" dit Gérard Larcher

Et de juger que la seule chose qui lui vaut d'être mis en examen, "c'est parce que j'étais collaborateur du président de la République". 

Je n'ai jamais voulu être violent

Alexandre Benalla, devant les juges le 5 octobre 2018
Partager la citation

Après avoir réaffirmé avoir obtenu les autorisations nécessaires pour assister aux manifestations du 1er mai, Alexandre Benalla a reconnu avoir "eu un geste vigoureux" à l'encontre de Georgios D., mais assure que son altercation avec le jeune homme relève de la "chamaillerie". "Je n'ai jamais voulu être violent", martèle-t-il.

Concernant Vincent Crase, mis en examen fin 22 juillet, pour immixtion dans l'exercice d'une fonction publique et port prohibé d'une arme de catégorie B, au cours du 1er mai, Alexandre Benalla prend ses distances.

"Je pense qu’une arme à feu n’a rien à faire dans une manifestation", assure-t-il, précisant ne jamais lui avoir remis de matraque télescopique. Selon lui, les policiers de la Préfecture de police, qui connaissaient Vincent Crase, ne sont pas opposés à sa présence.

Des SMS qui s'effacent pendant sa garde à vue

Lors de son audition, Alexandre Benalla est par ailleurs revenu sur un élément troublant survenu au cours de sa garde à vue en juillet dernier. Il a expliqué que des SMS provenant de son téléphone professionnel s’effaçaient sous ses yeux alors qu'il était aux côtés des policiers.

"On a pu constater que des SMS disparaissaient au fur et à mesure (...) La date apparaissant sur le téléphone a même changé, il était noté 1970", se souvient-il, ne trouvant aucune explication à cela. 

Il a renvoyé vers l'Élysée lorsque les magistrats lui ont demandé le code d’accès à certaines fonctions d’administration. "S’il y a des codes qui ne fonctionnent plus, il faut s’adresser à l’Élysée, ils ont dû changer les codes à distance."

"Le seul à même de vous répondre c’est le général Bio-Farina (commandant militaire de la présidence de la République, ndlr), c’est le point de contact avec la justice." L'Élysée de son côté n'a pas souhaité réagir aux sollicitations du quotidien. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Justice Elysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795319139
Pas de mea culpa, des SMS qui s'effacent : ce qu'il faut retenir de l'audition de Benalla
Pas de mea culpa, des SMS qui s'effacent : ce qu'il faut retenir de l'audition de Benalla
Le 5 octobre devant les juges, Alexandre Benalla a dit ne rien regretter des événements du 1er mai, allant même jusqu'à estimer mériter "une médaille", selon le compte-rendu d'interrogatoire que "Le Monde" a pu consulter.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/alexandre-benalla-si-c-etait-a-refaire-je-le-referais-de-la-meme-facon-7795319139
2018-10-25 12:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/E2rlLcSLutOC_3lfADjHZw/330v220-2/online/image/2018/0925/7794924915_alexandre-benalla-le-18-septembre-2018-devant-la-commission-d-enquete-senatoriales.jpg