1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Alerte enlèvement : comment est déclenché ce dispositif ?
2 min de lecture

Alerte enlèvement : comment est déclenché ce dispositif ?

ÉCLAIRAGE - Le plan Alerte enlèvement, déclenché à nouveau ce samedi, a été inauguré pour la première fois le 9 juillet 2006.

Le site internet du ministère de la Justice présentant le dispositif "Alerte enlèvement". (Illustration)
Le site internet du ministère de la Justice présentant le dispositif "Alerte enlèvement". (Illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
William Vuillez

C'est une alerte dont on aimerait se passer. Ce samedi encore, les médias, sites d'informations, chaînes de télévision et stations de radio ont relayé l'enlèvement du petit Dewi dans les Côtes-d'Armor. Le garçon de 8 ans a été enlevé par son père dans les locaux d'une association ce vendredi matin. 

Les recherches n'ayant rien donné, le plan Alerte enlèvement a été déclenché ce samedi matin. En France, ce dispositif a été déclenché officiellement pour la première fois le 9 juillet 2006 après la disparition de deux sœurs, Emeline et Mélissa, 8 et 10 ans, en Maine-et-Loire. Il consiste à lancer, en cas de rapt d'enfant mineur, une alerte massive via une cinquantaine de canaux de diffusion

Les panneaux d'affichage urbain, les panneaux dans les gares et sur les autoroutes mais également les radios, télévisions, sites internet et les bornes de la Française des jeux qui sont ainsi réquisitionnés pour diffuser des messages d'alerte à intervalle régulier. 

Qui décide de le déclencher ?

Pour que l'alerte soit déclenchée par le procureur de la République, plusieurs conditions doivent être réunies. Il doit absolument s'agir "d'un enlèvement avéré et non d'une disparition, même inquiétante", la victime doit être mineure, "la vie ou l'intégrité physique de l'enfant est en danger", "le procureur dispose d’informations dont la diffusion peut permettre la localisation de l’enfant et/ou de son ravisseur", stipule le site alerte-enlevement.gouv.fr. 

À lire aussi

Et même si ces critères sont respectés, le magistrat peut refuser de déclencher le dispositif, s'il estime que sa diffusion peut mettre en danger la vie de la victime. Dans tous les cas où cela est possible, l’accord des parents doit être sollicité préalablement au déclenchement du plan Alerte enlèvement. Si le procureur décide de diffuser l'alerte, le message est écrit par le magistrat lui-même, en étroite collaboration avec les enquêteurs.

L'Alerte enlèvement est un message bien spécifique. Il est fourni par les autorités et ne peut en aucun cas être modifié par les diffuseurs. La charte graphique rouge et le signal sonore qui le précède permettent de l'identifier immédiatement. Son contenu repose sur un format court avec le prénom de la victime, sa photo, le jour et l'heure de son enlèvement et d'éventuels détails permettant de retrouver l'enfant ou le suspect. Les témoins sont incités à appeler le numéro spécial mis en place par les autorités, le 197.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/