1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Veyrac : 30 ans de réclusion requis contre le principal accusé
2 min de lecture

Affaire Veyrac : 30 ans de réclusion requis contre le principal accusé

Lundi, l'avocate générale a requis une peine de 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Giuseppe Serena pour l'enlèvement de la riche hôtelière Jacqueline Veyrac en 2016. L'homme a avoué à demi-mots à l'ouverture du procès.

La salle des Assises d'un palais de justice (illustration).
La salle des Assises d'un palais de justice (illustration).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Florise Vaubien & AFP

"Selon moi, il est resté l'instigateur quoi qu'il dise", a déclaré l'avocate générale Annie Brunet-Fuster dans le cadre du procès pour l'enlèvement de Jacqueline Veyrac, riche hôtelière kidnappée à Nice. Une peine de 30 ans de réclusion criminelle a été requise à l'encontre de Giuseppe Serena, lundi 25 janvier. Le 24 octobre 2016, Jacqueline Veyrac était enlevée en plein jour : 48 heures plus tard, elle était retrouvée vivante, ligotée dans une fourgonnette. Le procès de 13 hommes a débuté le lundi 4 janvier dernier devant la cour d'Assises de Nice. 

Annie Brunet-Fuster a par ailleurs requis 25 ans de prison à l'encontre de Philip Dutton, un SDF britannique qui avait reconnu dès le début sa participation. Des peines de 18 et 20 ans ont été demandées pour les trois hommes de main du kidnapping. "On n'est pas dans le grand banditisme (...) On est dans la délinquance de quartier", a-t-elle déclaré à propos de Wajdi Ben Hamroun, Ali Gueffaz et Bassem Ben Fekih. 

Des aveux à demi-mots

Le principal mis en cause, M.Serena, avait nié pendant quatre ans toute implication dans le rapt de la femme d'affaires âgée de 76 ans. Il avait finalement avoué à demi-mots sa participation, lundi à l'ouverture de l'audience. L'avocate générale a dénoncé le comportement "audacieux pour ne pas dire pervers" de ce restaurateur italien en le comparant à Bianca Castafiore, la célèbre cantatrice des aventures de "Tintin", pour "la faconde, la truculence, la sympathie" mais aussi pour son "narcissisme absolu".

Giuseppe Serena était gérant en 2007 du restaurant "La Réserve", un établissement renommé de Nice que Mme Veyrac avait loué à lui et son compagnon finlandais, détenteur d'une étoile au guide Michelin. Il avait d'abord connu le succès avant d'être en faillite en moins de deux ans en raison de sa mauvaise gestion : un échec qu'il imputait à la famille Veyrac.

"J'aimerais vous croire, mais je n'y arrive pas"

À lire aussi

Luc Goursolas, 50 ans, ancien paparazzi devenu détective privé, a de son côté reconnu avoir installé des balises GPS sous le 4x4 de Mme Veyrac. D'après lui, M. Serena lui avait demandé de la suivre pour une affaire d'adultère. 

"J'aimerais vous croire, mais je n'y arrive pas", lui a lancé l'avocate générale Annie Brunet-Fuster. Huit ans d'emprisonnement ont été requis à son encontre pour complicité d'enlèvement, et au minimum quatre ans pour s'être abstenu de dénoncer les faits.

Pour les quatre autres accusés, poursuivis pour association de malfaiteurs, 2 à 10 ans de prison ont été demandés par la magistrate. Elle a par ailleurs requis, devant la cour d'Assises de Nice, la relaxe pour trois jeunes de 22 à 23 ans nés en Tchétchénie, dont un ancien champion de France de lutte.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/