1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Troadec : "on a pris perpétuité", confie Martine, la soeur de Brigitte Troadec
1 min de lecture

Affaire Troadec : "on a pris perpétuité", confie Martine, la soeur de Brigitte Troadec

Au troisième jour du procès d'Hubert Caouissin, les proches des disparus ont témoigné à la barre de la cour d'assises de Nantes. Martine, une des soeurs de Brigitte Traodec, s'est exprimée pour la première fois.

Procès de l'affaire Traodec à la cour d'Assises de Nantes
Procès de l'affaire Traodec à la cour d'Assises de Nantes
Crédit : Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Anne Le Henaff

Plus de quatre ans après le quadruple meurtre de la famille Troadec à Orvault, le troisième jour du procès d'Hubert Caouissin s'est ouvert. Cet homme, obsédé par un mystérieux magot familial, encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué sa belle-famille. La parole a été donnée aux proches des disparus, ce jeudi 24 juin, dont aux sœurs de Brigitte, qui témoignent pour la première fois. 

"Quatre ans, c'est comme ci c'était hier, mais on continue de vivre. Et de bien vivre, parce que nous, on a pris perpétuité, mais il n'est pas question que mes enfants prennent perpétuité, il n'est pas question que notre entourage prenne perpétuité", raconte Martine, une des sœurs de Brigitte, à la barre de la cour d'Assises de Nantes. 

Et d'ajouter : "Il a tué quatre personnes, il ne va pas continuer comme ça. Et pourtant, c'est vrai qu'on a des difficultés tous les jours parce qu'on y pense tous les jours. Il n'y a pas une nuit où je ne pense pas à ma sœur, où je ne pense pas à Brigitte".

"Ma maman vit toujours avec les portraits des enfants"

Brigitte a été dépecée par Hubert Caouissin et transportée dans un coffre. Des événements traumatisants pour les proches de la disparue. "Quand je disais que j'avais eu du mal à ouvrir, par exemple, le coffre d'une voiture ou à simplement découper un steak, je repense au massacre bien organisé qu'il a monté", relate Martine. 

À lire aussi

"J'ai effectivement l'impression que Pascal, Brigitte et les enfants vont revenir chez nos parents, comme ils le venaient pendant les vacances scolaires ou certains week-end. Ma maman, elle vit toujours avec les portraits des enfants. Elle vit avec eux tous les jours", confie Martine. "J'espère que la justice nous aidera peut-être à commencer un certain deuil", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/