1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Troadec : "On s'est coupé du monde", raconte Lydie Troadec à la barre
1 min de lecture

Affaire Troadec : "On s'est coupé du monde", raconte Lydie Troadec à la barre

Hubert Caouissin comparait pour le quadruple meurtre de la famille Troadec à Orvault en 2017. Ce mardi, la cour examine la personnalité de son ex-compagne, Lydie Troadec.

La maison des Troadec, à Orvault
La maison des Troadec, à Orvault
Crédit : SIPA
Affaire Troadec : "On s'est coupé du monde", raconte Lydie Troadec à la barre
01:27
Anne Le Henaff - édité par William Vuillez

Plus de 4 ans après le quadruple meurtre de la famille Troadec à Orvault, Hubert Caouissin comparait devant les assises de Loire-Atlantique. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué sa belle-famille. Au cœur du conflit : un mystérieux magot que les Troadec auraient dérobé. Ce mardi 22 juin, la cour examine la personnalité de son ex-compagne, accusée d'avoir aidé à faire disparaitre les corps. Lydie Troadec dépeint un couple retranché dans un huis clos paranoïaque.

Elle a l'air un peu hors-sol, presque perdue dans son box. Lydie Troadec répond d'une voix frêle sous sa frange brune, par des phrases courtes. Elle raconte son père autoritaire, sa mère handicapée des sentiments. "On ne se parle pas chez les Troadec, j'ai été habituée à être rejetée", dit-elle. Elle rencontre Hubert, ils ont un fils et la famille s'isole peu à peu sans que l'on comprenne vraiment pourquoi. "Disons qu'on s'est coupé du monde". 

Lydie explique comment elle s'est laissée persuader par son compagnon que les Troadec leur voulaient du mal, notamment à leur fils. "Jean est déscolarisé, parce qu'Hubert m'a dit que Nicolas Sarkozy avait fiché les enfants à problèmes", raconte Lydie. "Et vous l'avez cru ?", demande la présidente. "Oui", répond Lydie. 

"Je n'ai pas vu qu'il était malade"

Le couple achète une ferme au fin fond du Finistère, personne dans la famille n'est mis au courant et Lydie Troadec est incapable d'expliquer pourquoi. Son compagnon commence à avoir des crises terribles, il prend de l'élan et se tape la tête contre les murs. Les psychiatres parleront ensuite de délires paranoïaques. 

À lire aussi

"Je n'ai pas vu qu'il était malade", explique Lydie qui fond en larmes. "Je suis passée à côté, si je m'en était rendue compte, peut-être qu'il ne serait pas arrivé tout ça". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/