1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais, une personnalité énigmatique et mystérieuse
3 min de lecture

Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais, une personnalité énigmatique et mystérieuse

ÉCLAIRAGE - À l'aube du second procès aux assises de Nordhal Lelandais, qui devra répondre de la mort de la petite Maëlys à partir du 31 janvier, la justice va tenter de percer le mystère d'un personnage aux multiples facettes.

Nordahl Lelandais
Nordahl Lelandais
34. Affaire Maëlys : ce qu'il faut savoir sur le procès de Nordahl Lelandais
00:16:38
Quentin Marchal & AFP

Moins d’un an après sa condamnation pour le meurtre du caporal Noyer, Nordahl Lelandais va répondre de la mort de la petite Maëlys qu’il a longtemps niée, puis avouée, à partir du lundi 31 janvier. Parfois décrit comme un manipulateur, un "prédateur" ou même un tueur en série, parfois comme un noceur, charmeur, impulsif ou paumé, l'accusé reste un personnage énigmatique, dont la cour d'assises de l'Isère tentera de percer le mystère.

Le profil de cet ancien militaire aujourd’hui âgé de 38 ans a fait couler beaucoup d'encre, depuis la disparition de la petite Maëlys, 8 ans, une nuit d'août 2017 dans une soirée de mariage.  

Celui que ses amis surnomment "Nono" doit être jugé à Grenoble à partir du 31 janvier pour le meurtre de la fillette qu'il dit avoir tuée "involontairement" et pour deux affaires d'agression sexuelles sur mineures révélées par l'examen de ses téléphones portables pendant l'enquête.

Il s'agira de son second procès aux assises après sa condamnation en mai 2021 à Chambéry à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du chasseur alpin Arthur Noyer.  À l'époque, il affirme avoir causé "involontairement" la mort de ce jeune de 23 ans, sans convaincre les jurés. Ce premier procès n'avait pas vraiment permis de cerner sa personnalité complexe. Sa mère affirme n'avoir "rien eu à redire sur cet enfant" et n'avoir "pas vu venir" la suite. 

Des agressions sexuelles sur des mineures de son entourage

À lire aussi

Certains de ses partenaires le décrivent comme impulsif, jaloux, "paumé mais pas malsain", "correct" aussi, avec "un besoin énorme de relations sexuelles". Une de ses ex évoque un épisode de violence physique. 

Ses propres déclarations, souvent changeantes au fil des preuves collectées par les enquêteurs, les rapports d'experts ou les témoignages éclairent peu. Surtout concernant la période fin 2016-début 2017, à laquelle il déclare s’être "perdu" et semble partir à la dérive.

"Je vagabonde" puis "j'envoie tout valdinguer", déclare-t-il lors du procès de Chambéry. À l’aumônier du centre pénitentiaire où il est actuellement détenu à l'isolement, Nordahl Lelandais confie "qu’il vivait sans garde-fou". À l'époque, son client n’est "sans doute pas un homme heureux", mais rien ne laisse deviner la suite, selon son avocat Me Alain Jakubowicz. 

En février 2017, il se dispute avec une automobiliste et lui crève un pneu. En avril, il tue Arthur Noyer, selon lui au cours d'une bagarre sans motif sexuel. À la même période, interviennent des agressions sexuelles sur des mineures de son entourage : il reconnaît des attouchements sur deux petites cousines de 5 et 6 ans mais dément les accusations d'une autre cousine de 14 ans. L'analyse de ses téléphones portables et de son ordinateur révèle, selon les enquêteurs, qu'il consultait des sites pédopornographiques.

Une enfance sans difficulté particulière

Après sa mise en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et celui du caporal Noyer, on le soupçonne d'être impliqué dans différentes disparitions restées inexpliquées, ou même d'être un tueur en série.

En janvier 2018, la gendarmerie met sur pied une cellule pour passer au crible 900 affaires non élucidées. Cette cellule sera dissoute moins de trois ans plus tard sans avoir trouvé de nouveaux faits l'incriminant. "Aucun lien" à ce jour avec d'autres dossiers, confirment des sources judiciaires à l'AFP.

Né le 18 février 1983 à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, "Nono" arrive à 7 ans en Savoie, avec sa famille. Il vit une enfance et une adolescence sans difficulté particulière, mais renonce à passer le bac. Un "parcours classique", selon une enquêtrice de personnalité. 

De multiples relations amoureuses

En 2001, il intègre l’armée où il reste quatre ans comme maître-chien, sa passion. Cette expérience est interrompue pour infirmité et conflit avec ses supérieurs. De retour en Savoie, il vit autour de Chambéry, souvent chez ses parents, un foyer modeste, enchaine les intérims - vendeur, manutentionnaire ou ambulancier -, lance sans succès une activité de dressage canin en 2010 puis reprend des intérims.

Fin avril 2009, il est condamné à 30 mois de prison, dont 12 ferme, pour avoir cambriolé et incendié, avec d'autres, un restaurant du lac de Paladru, en Isère. Il bénéficie d'une libération conditionnelle en octobre 2010.

Ce trentenaire athlétique enchaîne parallèlement, et à un rythme soutenu, relations amoureuses et rencontres d’un soir, avec des femmes mais aussi, parfois, des hommes. Il consomme de la cocaïne, en quantité croissante. Actuellement incarcéré à Saint-Quentin-Fallavier, Nordahl Lelandais a repris des études, avec un certificat de formation générale début 2019.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien