1 min de lecture Justice

Affaire Kulik : Willy Bardon remis en liberté sous contrôle judiciaire

Au terme d'une troisième requête, les avocats de Willy Bardon ont obtenu la remise en liberté de leur client, sous contrôle judiciaire.

Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes.
Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes. Crédit : AFP / Philippe Huguen
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Le verdict est tombé ce vendredi 25 septembre. La demande de remise en liberté de Willy Bardon, condamné à 30 ans de réclusion criminelle en décembre dernier dans l'affaire Kulik, a été acceptée, dans l'attente de son procès en appel, selon son avocat.

Les motivations de cette décision n'étaient pas connues dans l'immédiat. Condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises de la Somme pour l'enlèvement et la séquestration suivis de mort et le viol d'Elodie Kulik, Willy Bardon avait déjà sollicité deux fois sa remise en liberté, qui lui avait été refusée.

Pour son avocat Me Stéphane Daquo, cette décision constitue "l'application pure et simple des règles de lois" selon lesquelles "une fois que l'instruction est terminée et dès lors que la personne présente des garanties de représentation suffisantes, on doit la remettre en liberté". Le 6 décembre 2019, quelques secondes après l'énoncé du verdict, Willy Bardon avait tenté de se suicider en ingurgitant un pesticide.

Pour le père d'Elodie, Jacky Kulik "c'est un coup de massue,une épreuve de plus dans le calvaire terrible qu'il a vécu", a déploré l'une de ses avocate Me Corinne Herrmann, qui a refusé de commenter une décision de justice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Meurtre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants