2 min de lecture Justice

Affaire Grégory : que se sont dit Murielle Bolle et son cousin ?

Murielle Bolle s'est confrontée à son cousin vendredi 28 juillet à la chambre d'instruction de Dijon. Le compte rendu du procès verbal est connu.

Affaire Grégory : la garde à vue de Murielle Bolle reconnue "inconstitutionnelle"
Affaire Grégory : la garde à vue de Murielle Bolle reconnue "inconstitutionnelle" Crédit : CHESNOT/SIPA
Marie Demeulenaere
Journaliste

Lequel des deux dit la vérité ? Près de 33 ans après le meurtre du petit Grégory, Murielle Bolle et son cousin se sont confrontés à la chambre d'instruction de Dijon, vendredi 28 juillet. Plusieurs médias ont pu se procurer le compte-rendu du procès verbal. Dans la petite salle de 18m2, "où la chaleur est insupportable" selon L'Express, deux témoins clés de l'affaire se rencontrent. Quelques semaines plus tôt, le cousin de Murielle Bolle, Patrick F. avait contacté la police de lui-même, pour révéler que Murielle Bolle avait été lynchée par sa famille pour qu'elle retire ses accusations envers son beau-frère Bernard Laroche. Âgée de 48 ans, Murielle Bolle affirme de son côté ne jamais avoir été victime de violences familiales. 

Selon le quotidien, Murielle Bolle affirme dès le début de la confrontation qu'elle ne connaît pas son cousin.. "Je n'ai pas souvenir de lui, et même le nom ne me dit rien", répond la suspecte alors mise en examen pour "enlèvement suivi de mort". Pourtant, le compte-rendu révèle que le cousin connait de nombreux détails sur Murielle Bolle, comme ses surnoms intimes. "Il est capable aussi de dessiner un un plan convenable de la maison, malgré quelques incertitudes", précise L'Express. 

Murielle Bolle affirme que les gendarmes ont "fait pression"

Le témoignage de Patrick F. se fragilise lorsqu'il évoque la scène de lynchage, auquel il aurait assisté. Il affirme que c'est un avocat, qu'il désigne comme étant Paul Prompt, décédé en février 2017, qui aurait arrêté le lynchage. Impossible selon l'épouse du défunt, qui a assuré au Figaro que l'avocat était arrivé dans les Vosges le 8 novembre 1984, "soit deux à trois jours après la soirée en question". 

Le cousin de Murielle Bolle persiste : "Elle s'est fait insulter par son père qui criait même qu'elle couchait avec Bernard [Laroche]. Il la traitait de putain, de salope", a déclaré Patrick F, qui a précisé qu'elle avait même dormi dehors ce soir-là et qu'elle lui a fait des confidences explosives : "Elle m'a raconté qu'elle était avec Bernard et son fils, Sébastien. Que Bernard a pris le petit Grégory d'un point A à un point B. Qu'il est descendu de la voiture au point B avec le petit, qu'il est revenu sans le petit." 

À lire aussi
Un camion de pompiers (illustration) justice
Les infos de 18h - Un hacker dérobe 30.000 euros destinés à la famille d'un pompier décédé

Murielle Bolle continue de nier et affirme que ce sont les gendarmes qui ont "fait pression" sur elle. Elle a déclaré à la juge d'instruction : "Pendant ma garde à vue, qui s'est très mal passée, un gendarme est arrivé en criant : 'T'es qu'une menteuse, Bernard a avoué, t'as couché avec Bernard'", a-t-elle déclarée. Les trois heures de confrontation se sont terminées sans qu'une part du mystère qui entoure la mort du petit Grégory, ne soit élucidée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Affaire Grégory Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants